12 juin 2014

~~ OUALIDIA : Déjeûner pieds dans l'eau, c'est han hé hé ~~

 

 

Avant de prendre la route de OUALIDIA, nous achetons une recharge téléphonique dans notre épicerie attitrée à la lisière de la forêt d'arganiers. Briti t'mchi mhana fi França? Tu veux venir avec moi en France? Je pose souvent la question aux enfants que nous croisons en espérant toujours que la réponse sera NON. Ne jamais laisser la terre de ses racines pour les miroirs aux alouettes des pays en crise. Le plus beau pays du monde est celui qui nous a vus naître. C'est un devoir et un honneur de lui rester fidèle.

Concernant le téléphone, la première chose à faire en arrivant au Maroc, c'est de retirer la puce Free, Orange, SFR, Bouygues de son Samsung ou autre Nokia et de la remplacer par une puce locale, en l'occurence pour notre pomme une puce Maroc Telecom avec numéro d'appel marocain : cela coûte 30 dirhams (2,90 euros) et la facture mensuelle est réduite par 10 au bas mot!!! On trouve des recharges partout y compris en lisière de la plus grande forêt d'arganiers du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant Essaouira, à quelques kilomètres vers le nord, à Moulay Bouzerktoun, un oiseau saute au-dessus des vagues tandis qu'un autre se pose sur une haie d'épineux...

 

 

 

 

 

 

 

Au Nord de Safi, les koubbas et autres marabouts sont nombreux sur la route côtière de Essaouira à Oualidia. Toutes les occasions sont bonnes pour garer notre petit convoi Berlingo/TK-Ravan et faire une pause-pose-photo... Nous saluons bien sûr au passage notre vieux compagnon Sidi Chachkal...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre TK-Ravan continue de séduire... On se met au diapason de notre lit à roulettes douillet... Vert-amande, vert-tilleul... Quel succès!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arriver à OUALIDIA début-juin un jour de semaine en début d'après-midi, c'est peut-être le moment idéal pour aller déguster langoustes, gambas et araignées de mer sur la plage... On peut acheter son poisson directement aux barques qui rentrent de mer. La vente se fait sur la barque même, à la criée. Il est indispensable de savoir compter en arabe. Le plus simple pour ceux qui n'aiment pas les chiffres, c'est de s'asseoir sous un parasol-pieds-dans-l'eau, c'est han hé hé hé!!! On viendra vous proposer aussitôt tout ce que la mer offre de plus frais. Nous jetons notre dévolu sur 4 langoustes vivantes, une bonne livre de gambas... L'araignée est offerte. Toujours négocier le prix avant de s'asseoir pieds dans l'eau, c'est encore plus han han han hé hé... et 5 à 10 fois moins cher qu'en France...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la main gauche du captain dépassent les pinces d'un scorpion fraîchement tatoué au henné au coeur de la plus grande forêt d'arganiers du monde. Etonnament, deux ans plus tôt à Rabat-Souissi chez Fatna, Soumia m'avait tatoué... un scorpion. Deux scorpions à deux ans d'intervalle tatoués sur les mains d'un captain-lion qui n'avait formulé aucune demande!!! Curieux curieux n'est-il pas!?!?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia en ce début-juin, le Maroc nous prouve une fois encore qu'il est le plus beau et le plus délicieux pays du monde. Demain, même si Maggy n'est pas parfaitement sage hé hé, nous poursuivons notre route du retour jusqu'à Rabat, once again, le temps d'un rituel, celui du thé au Café Maure des Oudaïas... Bonne soirée et à demain les amis.

Page suivante : ~~ RABAT : Le Café Maure ~~

ThierryKarine

 


17 mai 2014

~~ De EL JADIDA à SAFI ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De El Jadida à Safi, la petite route côtière est une des plus belles du Maroc. Halte obligée sur la lagune de Oualidia, probablement la station balnéaire la plus propre du Maroc. Il était question voilà quelques années d'y fermer les parcs à huîtres pour cause d'insalubrité des eaux lagunaires. Après une visite royale, il fut décidé de sauver l'activité ostréïcole : pour cela, de grands travaux d'assainissement ont été imposés et effectués dont l'installation d'une Station d'Epuration des Eaux Usées inaugurée en 2012 par Sa Majesté Mohamed VI. Un exemple à suivre pour d'autres stations balnéaires comme Moulay Bousselham où assainissement et écologie ont été malheureusement oubliés.

Tout au long de cette jolie côte rôcheuse, la petite pêche est une activité traditionnelle. Nous avons mis dans nos bagages cette année une magnifique canne à lancer. En attendant de l'étrenner, nous avons acheté 2 "guirlandes" de poissons à un pêcheur chanceux : 2 dorades royales, 1 marbré et 8 sars pour 120 dirhams (11 euros), du bonheur culinaire assuré pour la grillade du soir. Pas de balance cette fois, mais le kilo de poisson frais pêché se négocie en bord de route autour de 50/60 dirhams.

Une fois n'est pas coutume, après avoir arpenté les sentiers du rivage, nous remontons la falaise pour voir le soleil se coucher... sur un petit champ de pommes de terre. Ici, la terre est caillouteuse, l'eau est rare, il faut creuser des puits dépassant souvent les 100 mètres pour trouver une nappe phréatique dont le niveau baisse sensiblement au coeur de l'été. Mais chaque parcelle cultivable est travaillée avec passion, soin et courage. La terre sablonneuse bien irriguée produit alors les meilleurs légumes du monde...

Demain, si tout le monde est bien sage, de Luce à Miami à Thérèse en Nouvelle-Calédonie, nous ferons une halte au port de Safi. Bisous les amis.

Page suivante : ~~ Safi, ça y est, nous y sommes ~~

ThierryKarine

 

 

 

14 juillet 2011

~~ OUALIDIA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur toutes les plages du monde,

il y a des petites filles qui rêvent qu'un jour elles seront grandes,

en construisant des chateaux de sable... 

 

 

 

 

 A Oualidia, il y a des petits chapeaux chinois

qui nous font croire à Tahiti-plage...

 

 

 

 

A Oualidia comme dans tous les ports du monde,

il y a des petits bateaux en partance pour le bout du monde... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur tous les rivages du monde,

il y a des vaisseaux de pierre immobiles qui défient la houle et le temps.

 

 

 

 

A Oualidia, rien n'est plus beau que la mer qui écume de rage... 

 

 

 

 

 Sur le sentier de la presqu'île à Oualidia,

il y a une chienne qui a mis ses pas dans nos pas,

pour le simple plaisir de nous suivre pendant deux heures de promenade...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur tous les rivages du monde,

face à la mer, on contemple l'infini... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sur la presqu'île à Oualidia, Toufik est venu ramasser du vieux bois avec son âne.

Toufik parle 3 langues et se souvient du Maroc espagnol en disant

"arriba la bandera nacional..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia, la nature nous étonne et sait nous mettre à genoux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur tous les rivages du monde,

bien souvent la fin du jour est l'heure la plus belle.

Aujourd'hui 14 juillet 2011, mon père André aurait eu 96 ans.

Nous lui dédions toutes ces images, lui qui disait quelques mois avant le grand voyage : 

"A la retraite, j'achèterai une petite maison en Camargue..."

A Oualidia, il y a des airs de Camargue,

et des rêves de petites maisons qui prolongent l'esprit du père...

 

Page suivante : ~~ LA CITERNE PORTUGAISE ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 00:32
Tags : , , , , , , ,