LA VIE EST UN VOYAGE

12 juillet 2014

Aigues-Mortais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le meilleur des repas, c'est celui que l'on partage entre amis

(Henri-Frédéric AMIEL - Fragments d'un journal intime - 1821-1881)

Merci les amis pour ces délicieux moments. A tout bientôt.

Le VOYAGE continue ici :

http://chiloedream24.canalblog.com/

ThierryKarine

 

Posté par annexemj à 21:24

05 juillet 2014

~~ Andrey REMNEV ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""I was born in the town of Yachroma nearby Moscow. This is a place on a hill, from which a perspective reminding Brueghel paintings opens.The crossed landscape with significant differences of heights, channel between the rivers Moscow and Volga, small rivers and springs, woods, fields and villages, the railway, an ancient town Dmitrov in the neighbourhood, ships going along the channel and trains overtaking them, and so on and so on… - all this I saw through a window of my house since my birth. The view was like a picture, which includes all the variety of the world. So I can say that for my inspiration impressions of my childhood and youths - beautiful nature and the non-ordinary people which surrounded me, are more important""

 

""Je suis né à Yachroma près de Moscou. C'est un endroit sur une colline entourée de paysages qui auraient pu inspirer Brueghel. Les reliefs rencontrés ici, avec des dénivelés très marqués, le canal entre la Moskova et la Volga, les petites rivières et les sources, les champs et les villages, le chemin de fer, la vieille ville de Dmitrov toute proche, les bateaux navigant dans le canal, les trains qui les dépassaient, et tant d'autres choses... voilà tout ce que j'ai pu voir de la fenêtre de ma maison depuis que je suis né. La vue était comme une image qui réunissait toute la diversité du monde. Aussi je peux dire que ce sont mes souvenirs d'enfance et d'adolescence, avec cette belle nature et les gens peu-ordinaires qui m'entouraient, c'est tout cela qui est prépondérant pour mon inspiration"" (traduction chiloedream)

 


Andrey REMNEV par chiloedream

Page suivante : ~~ Aigues-Mortais ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

24 juin 2014

~~ BACK HOME, retour chez nous ~~

 

 

Sitôt arrivés chez nous, sitôt invités par Maman et Guy. On fête notre retour au restaurant asiatique en bas de la maison. C'est le restaurant le plus fréquenté d'Alès et c'est mérité. La salle est immense, ce qui fait que même lorsqu'il y a du monde, cela ne se sent pas. Du bonheur!

 

 

 

 

Côtes du Rhône pour Guy, Karine et le captain... Thé au jasmin pour Maman!!!

 

 

 

 

Pour le captain, c'est un rituel : cela commence toujours par deux assiettes de crevettes à la sauce piquante, hors-d'oeuvre incontournable et délicieusement suave!!!

 

 

 

 

Passage obligé au WOK : on compose soi-même son assiette de produits frais en toute liberté : fruits de mer, calmars, crevettes, champignons chinois, brocolis prennent le bouillon avant de découvrir sans transition la flamme vive du WOK!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Chef me recommande la sauce Saté pour mon choix à base de fruits de mer. A l'arrivée, c'est tout bonnement délicieux, une merveille tout simplement. Merci et BRAVO au sympathique et talentueux Wok-Chief-Cook.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Desserts sous le signe de la glace pour le captain  : pistache, rhum-raisin, nougat coiffés de bananes en rondelles le tout noyé sous un onctueux sirop d'abricots gouleyant à souhait... Un bonheur de gourmand... Vient le rituel de la serviette chaude. Maman l'utilise de façon classique. Le captain déplie illico son linge gonflé d'effluves vaporeuses, se le plaque sur le visage, s'en frotte généreusement la nuque et finit plus classiquement par les mains... sans oublier de remonter un peu tout de même, le long des bras... En fermant les yeux, on pourrait se croire aux sources sulfureuses de La Bourboule ou de Bouillante en Guadeloupe... Dommage, la serviette est déjà tiède...

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant l'immense salle du buffet-libre asiatique, on est libre de boire "un thé à la menthe comme là-bas-dis" chez Maman et Guy. Le jardin est joliment fleuri et les prunes tendent leurs petites rondeurs aux amateurs de compotes et confitures.

 

 

 

 Merci Maman et Guy pour ces délicieux moments.

 

 

 

Il était bien temps que notre voyage prenne fin : Loes, John et Diego terminent eux aussi leur séjour dans le Sud de la France. On trinque à nos escapades et à notre TK-Ravan qui nous a assuré pendant un bon mois le sommeil d'un hôtel 5 étoiles avec en prime le bonheur de pouvoir choisir chaque nuit un nouveau feuillage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour la visite les amis. Et bon retour demain vers la Hollande...

 

 

 

 

L'avantage quand on part moins de 3 mois et de surcroît au printemps, c'est qu'on retrouve en général un jardin "potable" comme disait notre Tante Elise, et d'autant plus que le captain avait disposé cette fois un arrosage automatique partiel à proximité des pots....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Murmures sur mûre... Punaise! c'est beau "l'amure"!!!

 

 

 

 

 

 

 

"Potable votre jardin les enfants, mais avec plein de petites bêtes..."  Yesss ma tante Elise, plein de petites bêtes... Dans notre jardinet, ni pesticides, ni herbicides, ni insecticides... On peut croquer une mûre avec sa punaise, c'est du bio garanti 100% naturel hé hé... Heureux d'être bien arrivés chez nous, on savoure l'ombre des arbres et les volets de la maison tirés à l'espagnolette. Heures paisibles... On se demande  pourquoi on est partis vers le Sud... en songeant cependant au prochain voyage... mais pas avant d'avoir cueilli les pêches qui font ployer les branches de notre petit pêcher... haut comme 3 (ou 4) pommes... Merci Claudine, merci pour vos messages tendres et fidèles. Bises à vous tous et bel été les amis.

Page suivante : ~~ Andrey REMNEV ~~

ThierryKarine

 

 

23 juin 2014

~~ MEDINACELI ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avions séjourné une première fois sur le plateau de Medinaceli en 2010 sur les traces de la famille de Karine et plus particulièrement de son arrière-grand-mère maternelle Juana-Mercedes Medinaceli. Le hasard de la route nous fait passer à nouveau ici à la nuit tombée. Nous nous garons cette fois avec bonheur sous les feuillages d'acacias en fleurs. C'est là que nous nous réveillons, au pied du couvent  Santa Isabel... Nous saluons bien sûr Juana-Mercedes et Isabelle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Medinaceli - SAN ROMAN : Este extraño edificio de incierto origen ha tenido diferentes funciones a lo largo de la historia. Fue parroquia hasta 1558. En esa feche se convirtio en morada de devotas y aristocratitas mujeres, que sin obedecer reglas muy estrictas, vivian en comunidad. A partir de entonces se le conocera con el nombre de Beaterio. Posteriormente adoptaron la regla de San Jeronimo y la ocuparon hasta 1939. La estructura de su planta parece indicar que en un principio pudo ser un templo no cristiano. La clara influencia oriental, su ubicacion en el barrio judio, algunos restos arquitectonicos y su orientacion dan argumentos a la teoria mas extendida, que afirma que fue una sinagoga. Arquitectonicamente destacan los solidos contrafuertes y la espadaña, añadida posteriormente. En el pasado albergo los Cuerpos Santos de los Patronos de Medinaceli,martires en Africa""

""Medinaceli - SAN ROMAN : Cet étrange bâtiment d'origine incertaine a occupé différentes fonctions à travers l'histoire. Il a été Paroisse jusqu'en 1558. A cette date, il fut converti en logement pour femmes dévôtes et aristocratiques qui vivaient en communauté sans pour autant obéir à des règles strictes. Par la suite, ce lieu était connu sous le nom de Beaterio. Plus tard, il fut soumis à la régule de San Jeronimo et ce jusqu'en 1939. La structure de la bâtisse laisse penser que dans un premier temps elle fut un temple non-chrétien. L'influence orientale prononcée, son emplacement dans le quartier juif, des vestiges architecturaux et son orientation confirment la théorie la plus répandue à savoir qu'elle fut aussi une synagogue. Architecturalement, on constate que des contreforts solides et un beffroi ont été rajoutés plus tard. Dans le passé, ce lieu recueillait les Saints Patrons de Medinaceli, martyrs en Afrique ""

(transcription et traduction by chiloedream)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Medinaceli - ARCO ROMANO :  Es una de las grandes obras conservadas en la provincia y el unico en España de triple arcada. Los Romanos construian arcos en algunas ciudades para conmemorar sus triunfos, este ademas servia para marcar el limite entre el distrito administrativo Cluniense, al que pertenecia Occilis (Medinaceli), y Caesaraugustano. Sus dimensiones son monumentales ya que tenia que ser visto desde la via que pasaba a los pies del cerro en direccion a Caesaraugusta (Zaragoza). Destaca el cuerpo central decorado con dos templetes, de fronton triangular, apoyados con columnas. Es una obra de finales del primer siglo despues Cristo"

""Medinaceli - ARC ROMAIN : C'est un des grands monuments bien conservés de la Province et le seul en Espagne comprenant trois arches. Les Romains construisirent des Arcs dans quelques villes pour commémorer leurs victoires, celui-ci servait en plus à marquer la limite entre le district administratif de Cluniense, auquel appartenait Occilis (Medinaceli), et Caesaraugustano. Ses dimensions sont monumentales car il devait être visible depuis la Via romana qui passait au pied de la colline en direction de Caesaraugusta (Zaragoza). La façade est ornementée de deux petits temples  au fronton triangulaire soutenu par des colonnes. Cet Arc Romain date du premier siècle après Jésus-Christ""

(transcription et traduction by chiloedream)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit-déjeûner vitaminé et sympathique avant de prendre la route pour la dernière étape de ce joli voyage : ce soir nous arriverons chez nous, si dios quiere...

 

 

 

 

 

 

 

 Hasta luego hermosa Medinaceli...

 

 

 

Plein de merveilles sur la route qui nous mène à Saragosse puis Seo de Urgel et Bourg-Madame. Nous voilà en France après un bon mois de pérégrinations bien agréables. Merci à vous tous de nous avoir suivis et à bientôt pour d'autres aventures.

Page suivante : ~~ BACK HOME, retour chez nous ~~

ThierryKarine

 

 

20 juin 2014

~~ IZNAJAR ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Oh Andalusies! Que felicies sois! Teneis agua, sombra, rios y arboles. El paraiso entero esta en vuestros moradas. Si pudiera escoger, este seria el que eligiera. No creais que habeis de ir al inferno. Despues de estar en el paraiso, no se puede ir al fuego. Ibn Safacha de Alcira"

"Oh Andalous! Heureux vous êtes! Vous avez l'eau, l'ombre, des rivières et des arbres. Le paradis tout entier est dans vos demeures. Si je le pouvais, c'est ce paradis que je choisirais. Impossible d'imaginer ensuite l'enfer. Après avoir trouvé le paradis, on ne peut être soumis aux flammes. Ibn Safacha d'Alzira"

(transcription et traduction by chiloedream)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"En el año 1010, Habus Ben Maksan establecio en esta fortaleza de Hins Ashar la capital de su reino taifa*, que en el año 1025 fue trasladada a la ciudad de Granada"

"En l'an 1010, Habus Ben Maksan établit son royaume Taifa dans cette forteresse d' Hins Ashar, qui fut déplacé en 1025 vers la ville de Grenade"

(*Taifa : Division politico-administrative de la péninsule ibérique à l'époque de la domination musulmane après la dissolution du califat de Cordoue)

(transcription et traduction by chiloedream)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont les arabes qui baptisèrent ce beau village Hins Ashar, le château de pierre, aujourd'hui Iznajar, dont il reste les ruines au sommet de la colline. On attribue à Fald ben Salama la construction de cette forteresse au VIII ème siècle. Au XII ème siècle, Al Idrissi témoigne d'une population importante et d'un marché animé. La prise finale de la ville par les chrétiens se fit en 1431 sous le règne de Juan Segundo. Aujourd'hui, Iznajar délivre un charme rare et paisible agrémenté par la présence des eaux fraîches du lac d'un barrage inauguré en 1969. Demain, nous continuons notre route du retour par le centre de l'Espagne.

Page suivante : ~~ MEDINACELI ~~

ThierryKarine

 

 

Posté par annexemj à 14:18
Tags : , , , , , ,

18 juin 2014

~~ GIBRALTAR FAST FERRIES ~~

 

 

Aujourd'hui c'est l'  "AVEMAR DOS" de la Compagnie BALEARIA qui va nous emmener en deux temps trois mouvements de CEUTA à ALGECIRAS. Longueur : 82 mètres. Largeur : 23 mètres. Vitesse maxi : 34 noeuds. Capacité passagers : 855 (dont le captain et sa sirène hé hé). Capacité véhicules : 156 (dont notre Berlingo/TK-Ravan hé hé).

 

 

 

 

 

A l'extrémité de la jetée ouest du Port de CEUTA, nous saluons encore une fois HERCULE, aux prises avec ses colonnes.

 

 

 

 

 

 

 A  quai, le MILENIUM DOS de la Compagnie Acciona-Trasmediterranea va appareiller quelques minutes après nous.

 

 

 

Karine déclenche son chronomètre. Dans une trentaine de minutes, nous serons de l'autre côté du Détroit de GIBRALTAR.

 

 

 

 

Grand salon spacieux et très agréable...

 

 

 

 

 

 

 

 

Le captain avait eu la chance de visiter ce beau chantier AUSTAL à Henderson tout près de Perth, sur la côte ouest de l' Australie et d'essayer par la même occasion à la fin des années 90, un fast-ferry prototype du Chantier OCEAN-FAST voisin qui n'avait pas apporté satisfaction. Ceci me permet de saluer Monsieur Valat, Franck Brudey et Gaston qui faisaient partie du voyage.

 

 

 

 

 

 

 

 En quittant CEUTA, un coup de zoom permet de constater que "ça gaze" pour ce gazier sous le vent de GIBRALTAR.

 

 

 

 

 

 

 

Cela "gaze" aussi pour ce beau catamaran qui coupe sans problème le sillage de l'AVEMAR DOS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps de boire un café con leche dans le beau salon à passagers et nous voilà dans la baie de GIBRALTAR. Le MILENIUM DOS a crapahuté pendant la traversée, il finit par nous coller aux fesses, qu'il faut serrer bien sûr, et cela rappelle au captain des traversées parfois épiques entre Marie-Galante et Pointe à Pitre... "Milenium Dos de estacion de vigilancia maritima de Algeciras: diez nudos en la baia por favor". Ouf, nous accosterons quelques minutes avant cet impressionnant perce-vague classe HSC du chantier INCAT en Australie, mais à Hobart cette fois, Tasmanie, sur la côte sud-est. Caractéristiques techniques du MILENIUM DOS : Longueur 97,22m - largeur 26,6m - tirant d'eau 3,42m - propulsion : 4 moteurs Ruston 20RK270. (Voilà qui doit rappeler quelques souvenirs à Michaël et Sadi). Vitesse maxi 42 noeuds. Capacité passagers 900. Capacité véhicules 267. Année de construction 2003.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais en mer, dans le Détroit de Gibraltar comme partout ailleurs, une vigilance permanente est de rigueur. Voilà ce qui est advenu tout récemment au vraquier chinois LE SHENG et à un autre vraquier de type capesize, le CAPE MED. Peu de dégâts apparents sur le CAPE MED. Le LE CHENG ne peut pas en dire autant avec une plage-avant raccourcie de 5 mètres... On pourrait appeler cela "se casser le nez". Nous trouvons ces deux navires immobilisés pour enquête et réparation, l'un au mouillage dans la baie de Gibraltar, l'autre à quai à Algeciras entouré d'un dispositif anti-pollution. Comme disait un autre captain en son temps après une fortune de mer dans le chenal de Pointe à Pitre : "la prochaine fois, je ferai gardien de parking!!!"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' AVEMAR DOS débarque ses premiers véhicules quand le MILENIUM DOS passe à tribord avant d'accoster. Je voulais saluer ici tous mes équipages des Antilles, tous ce monde maritime que j'ai côtoyé pendant presque 15 ans et qui m'a laissé mes tous meilleurs souvenirs professionels. Demain, le captain reprend les commandes à bord de son "Berlingo-TK-Ravan". Nous prendrons une fois de plus le chemin des écoliers par le centre de l'Espagne avec un premier arrêt dans un charmant petit village blanc perché sur un piton rocheux au-dessus d'un joli lac... si tout le monde est bien sage comme Lilian, Max, Tedyking, Grom's, Jean-Michel, Luc, Marc, Julien, Willy, Pascal, Fabrice, Dito, Asiney, Junky, Livio, Patrice, Jacky, et tous les autres.

 

 

La vidéo est sur DAILYMOTION :


GIBRALTAR FAST FERRIES par chiloedream

 

 

Page suivante :  ~~ IZNAJAR ~~

Bonne soirée les amis.

ThierryKarine

 

 

16 juin 2014

~~ CEUTA : Une sentinelle convoitée ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Vue de CEUTA en 1664 - (J.Peeters.Amberes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Naufragio de los Navios L'Assuré y Le Sage - Frente a esta costa el 18 de Abril de 1692 naufragaron dos navios franceses : L'Assuré y Le Sage. Pertenecian a la marina del Rey Luis XIV de Francia. Zarparon de Toulon rumbo a Brest, junto con otros catorce barcos, bajo el mando de Victor Marie d'Estrée. El objetivo era formar parte de una flota para invadir Inglaterra. El naufragio de los navios en las costas ceuties retraso la llegada de los restantes al puerto de Brest, no pudiendo participar en la batalla de la Hougue, donde los Franceses fueron derrotados por la flota anglo-holandesa. Al menos 317 marinos se ahogaron en estas aguas y otros quedaron prisioneros en Ceuta. Tambien se recupero en aquellas fechas con buzos parte de la artilleria sumergida. En el año 1963, Ernesto Valero Narvaez y Agustin Pizones Cortès descubrieron cerca del isleo Santa Catalina los restos de aquel naufragio""

""Naufrage des navires l'Assuré et Le Sage - Face à ce rivage, le 18 Avril 1692, deux navires français firent naufrage : L'Assuré et Le Sage. Ils appartenaient à la marine de Louis XIV, Roi de France. Ils étaient en route de Toulon vers Brest avec 14 autres navires sous le commandement de Victor Marie d'Estrée. Le but de cette équipée maritime était d'envahir l'Angleterre. Le naufrage des deux navires sur le rivage de Ceuta retarda l'arrivée du reste de la flotte à Brest. Celle-ci fut mise en déroute un peu plus tard par la flotte anglo-hollandaise lors de la bataille de La Hougue. Lors du naufrage de L'Assuré et du Sage, au moins 317 marins se noyèrent et d'autres furent emprisonnés à Ceuta. Les plongeurs de l'époque purent récupérer une partie de l'artillerie immergée. En 1963, Ernesto Valero Narvaez et Agustin Pizones Cortès découvrirent aux abords de l'îlot Santa Catalina les restes de ce naufrage"" (transcription et traduction chiloedream)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fondée par les Phéniciens au 7ème siècle avant Jésus-Christ, puis conquise par les Grecs phocéens, CEUTA, la Sebta romaine devient carthaginoise à partir de l'an 309 de notre ère. De 709 à 1415, cette belle sentinelle très convoitée passe sous domination musulmane. C'est le Portugal qui prend Ceuta en 1415. Débute alors une domination portugaise et espagnole. En 1995, Ceuta obtient le statut de "ciudad autonoma", "ville autonome". Le Maroc continue à revendiquer épisodiquement Ceuta où cohabitent aujourd'hui en harmonie et à part égale espagnols et marocains. Nous buvons un dernier jus d'orange dans la zone portuaire avant de traverser une fois encore le mythique Détroit de Gibraltar. Des images ce soir si tout le monde est aussi sage qu'Agathe et Vincent à Lyon et que les chenapans du côté de la Bonne Mère à Marseille. On s'essuie les lèvres orangées avec une serviette en papier : "Gracias por su visita" et grand merci à Ceuta de nous avoir accueillis dans la lumière, les couleurs, le calme de ce beau mois de Juin.

Page suivante : ~~ GIBRALTAR FAST FERRIES ~~

Belle journée les amis

ThierryKarine

 

 

14 juin 2014

~~ De RABAT à CEUTA ~~

 

 

Si le Café Maure est un rituel obligé quand nous passons à Rabat, une halte à Moulay-Bousselham sur les bords de la Merja-Zerga, la belle lagune bleue, est tout aussi incontournable. Aujourd'hui, nous prenons juste le temps d'aller saluer ce bassin où nous venions aussi dans l'autre millénaire, avec nos parents et nos grands-parents. Une source sacrée, aujourd'hui tarie, faisait ici le bonheur des carpes et des poissons-rouges... Le sacré s'évanouit comme les heures merveilleuses de notre enfance...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 7km de Moulay-Bousselham sur la route de Souk-el-Arba du Gharb, notre petit pépiniériste attitré : encore un arrêt rituel. Nous y achetons quelques poteries et des plantes... Après avoir distribué nos ballots de linge tout au long de notre périple, nous avons de la place dans le grand coffre inférieur de notre petite, géniale et supérieure TK-Karavan, ceci dit en toute modestie, mais avec une certaine fierté tout de même, parole "d'ingénieur-concepteur-en-chef" hé hé hé...

 

 

 

 

 

 

 

Pour les gens pressés, il y a l'autoroute bien sûr, qui vous mène en à peine plus d'une heure de Moulay-Bousselham à Tanger. Nous, une fois de plus, nous prenons le chemin des écoliers. Après avoir calé dans le bien pratique coffre inférieur de notre TK-Ravan poteries et plantes, dont un pied de basilic touffu et odorant, nous poursuivons notre bonhomme de chemin sur la route de Souk-el-Arba. Quelques kilomètres après avoir franchi le pont sur le Drader, nous prenons à gauche en direction de Lalla Mimouna. Ce n'est pas jour de souk et la route est vide. A l'entrée du bourg, deux jeunes filles prennent l'ombre sous un mimosa à épines (acacia karroo) en pleine floraison. Je ne vous dirai pas que la petite route qui mène de Lalla Mimouna à Arbaoua est une merveille. Aujourd'hui, elle est pour nous tous seuls, c'est du bonheur, et on espère qu'elle restera longtemps longtemps oubliée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La route de Lalla Mimouna mène directement à Arbaoua à travers de magnifiques campagnes vallonnées. A Arbaoua demeure le bâtiment en béton de l'ancien poste-frontière entre le Maroc et le Maroc-espagnol. Nous faisons là une seconde pause-achat-poterie. Nous nous arrêtons par hasard devant la boutique N° 9. Le hasard fait bien les choses : le patron de la boutique N° 9 connaissait très bien notre oncle Sounet qui lui envoyait les clients et invités de la Sochatour, Société de Chasse Royale. A noter que la boutique N° 9 est bâtie autour d'un eucalyptus centenaire. Les tempêtes d'hiver ont fait tomber du bois mort sur le toit fragile, occasionnant quelques dégâts et déclenchant des vélléités d'abattage. J'ai fait promettre au patron du lieu de ne jamais abattre cet arbre vénérable (il faut 3 personnes pour faire le tour du tronc en tendant les bras) mais d'organiser un élagage conséquent. Les acheteurs viendront acheter les poteries à la boutique n° 9 et voir dans la foulée "l'eucalyptus gigantus" dispenser son ombre précieuse sur le lieu... Le message semble avoir été reçu. Nous avons promis de nous arrêter ici à notre prochain voyage en Octobre. Et si d'aventure vous passez à Arbaoua, allez prendre des nouvelles de ce bel arbre et demandez au patron des lieux une remise en souvenir de Monsieur Sounet... Salut notre oncle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Maroc, au cours du dernier demi-siècle, parole de captain, il y a eu deux évènements marquants : La Marche Verte, annexion pacifique de l'ancien Sahara espagnol lancée en 1975 par Sa Majesté Hassan II... et l'avènement du téléphone portable. Le téléphone portable est partout, dans les villes bien sûr, mais tout autant dans les campagnes, jusqu'au coeur de la forêt d'arganiers, tout comme ici dans la boutique-poterie n° 9 d'Arboua où on l'utilise pour additionner le montant de nos achats...

 

 

 

 

 

 

 

Salut la famille, et rendez-vous en Octobre prochain Inch'allah...

 

 

 

 

Une fois n'est pas coutume, nous avons décidé de quitter le Maroc par Ceuta, enclave espagnole à l'extrème nord du Royaume Alaouite. Nous arrivons à Fnideq, dernière ville marocaine avant la frontière alors que le jour décline. Nous garons notre Berlingo/TK-Ravan non loin d'un magnifique minaret bleuté, celui de la Mosquée Mohamed V sur la Corniche Hassan II, inaugurée pas Sa Majesté Mohamed VI en 2011. Trois noms, trois générations et toute l'histoire contemporaine du plus beau pays du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenons notre dernier dîner marocain dans un délicieux restaurant populaire de Fnideq. Petit prix, grandes saveurs. La nuit est largement tombée sur le minaret de la Mosquée Mohamed V quand nous sortons de table. Nous passons la frontière toute proche à 23 heures, l'heure idéale. Peu de monde d'autant plus que début juin, nous ne souffrons pas des migrations saisonnières. Le douanier espagnol nous demande : "Franceses los dos". Si señor, et il ne prend même pas la peine de contrôler nos passeports. Du bonheur, car parfois les tracasseries douanières sont déprimantes, particulièrement à Tanger. Nous voilà donc en terre espagnole sans avoir encore quitté le continent africain. Pas de véritable camping à Ceuta : nous nous mettons en quête d'un endroit pour passer la nuit. Et nous trouvons sur les coups de minuit une place de rêve dominant le Détroit de Gibraltar.

 

 

 

 

C'est là que nous nous réveillons, non loin de  l'Ermitage Saint Antoine après une nuit peuplée de rêves où le captain reprenait du service à bord d'une géniale petite coque de noix vert-tilleul au coeur du mythique Détroit. Matin légèrement brumeux sur la rive espagnole. Il faut un oeil de captain pour deviner au loin le Rocher de Gibraltar et la Baie d'Algéciras...

 

 

 

 

Nous abandonnons notre petit-parking-palace-d'une-nuit-5-étoiles près de la Chapelle San Antonio pour aller boire un premier café con leche dans la zone portuaire et découvrir plus tard la belle ville de Ceuta si tout le monde est aussi sage que Claudine à Paris, Marianne à Lausanne, Michèle à La Chaume et Ghislaine à Brasilia...

Page suivante : ~~ CEUTA : Une belle sentinelle convoitée ~~

Belle journée les amis.

ThierryKarine

 

 

~~ RABAT : Le Café Maure ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A chaque passage à Rabat s'inscrit le rituel d'un thé à la menthe au Café Maure des Oudayas. Il nous ramène aux couleurs pâles et délavées de nos lointains souvenirs d'enfance. Nous sommes venus ici avec nos parents, nos grands-parents dans l'autre millénaire. Plus vive que les couleurs, c'est l'odeur de la menthe qui sans prendre une ride, reste omniprésente... Cette fois, alors que nous écrivons avec Karine nos traditionnelles cartes postales, une personne se lève de la table en face, s'approche de moi tout sourire : ""Je m'excuse de vous déranger, mais je vous connais, vous êtes "chiloedream", je vous suis à travers votre blog, je sais que vous avez changé de véhicule, que vous aimez comme moi Moulay-Bousselham, le Maroc..."" Merci Yves pour cette belle surprise. Belle retraite du côté de Casablanca...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non loin du jardin fleuri qui jouxte le Café Maure, silence on tourne, pour le cinéma ou la télévision. Charme, sourire, grâce... On ira voir le film hé hé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de quitter Rabat, nous prenons une dernière photo de la Tour Hassan pour Françoise et une toute toute dernière photo du Phare de Rabat pour Nabila. Demain, nous serons à Ceuta, belle enclave espagnole au Maroc.

Page suivante : ~~ De Rabat à Ceuta ~~

Belle nuit les amis, à demain.

ThierryKarine

 

 

Posté par annexemj à 00:00
Tags : , , , , , ,
12 juin 2014

~~ OUALIDIA : Déjeûner pieds dans l'eau, c'est han hé hé ~~

 

 

Avant de prendre la route de OUALIDIA, nous achetons une recharge téléphonique dans notre épicerie attitrée à la lisière de la forêt d'arganiers. Briti t'mchi mhana fi França? Tu veux venir avec moi en France? Je pose souvent la question aux enfants que nous croisons en espérant toujours que la réponse sera NON. Ne jamais laisser la terre de ses racines pour les miroirs aux alouettes des pays en crise. Le plus beau pays du monde est celui qui nous a vus naître. C'est un devoir et un honneur de lui rester fidèle.

Concernant le téléphone, la première chose à faire en arrivant au Maroc, c'est de retirer la puce Free, Orange, SFR, Bouygues de son Samsung ou autre Nokia et de la remplacer par une puce locale, en l'occurence pour notre pomme une puce Maroc Telecom avec numéro d'appel marocain : cela coûte 30 dirhams (2,90 euros) et la facture mensuelle est réduite par 10 au bas mot!!! On trouve des recharges partout y compris en lisière de la plus grande forêt d'arganiers du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant Essaouira, à quelques kilomètres vers le nord, à Moulay Bouzerktoun, un oiseau saute au-dessus des vagues tandis qu'un autre se pose sur une haie d'épineux...

 

 

 

 

 

 

 

Au Nord de Safi, les koubbas et autres marabouts sont nombreux sur la route côtière de Essaouira à Oualidia. Toutes les occasions sont bonnes pour garer notre petit convoi Berlingo/TK-Ravan et faire une pause-pose-photo... Nous saluons bien sûr au passage notre vieux compagnon Sidi Chachkal...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre TK-Ravan continue de séduire... On se met au diapason de notre lit à roulettes douillet... Vert-amande, vert-tilleul... Quel succès!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arriver à OUALIDIA début-juin un jour de semaine en début d'après-midi, c'est peut-être le moment idéal pour aller déguster langoustes, gambas et araignées de mer sur la plage... On peut acheter son poisson directement aux barques qui rentrent de mer. La vente se fait sur la barque même, à la criée. Il est indispensable de savoir compter en arabe. Le plus simple pour ceux qui n'aiment pas les chiffres, c'est de s'asseoir sous un parasol-pieds-dans-l'eau, c'est han hé hé hé!!! On viendra vous proposer aussitôt tout ce que la mer offre de plus frais. Nous jetons notre dévolu sur 4 langoustes vivantes, une bonne livre de gambas... L'araignée est offerte. Toujours négocier le prix avant de s'asseoir pieds dans l'eau, c'est encore plus han han han hé hé... et 5 à 10 fois moins cher qu'en France...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la main gauche du captain dépassent les pinces d'un scorpion fraîchement tatoué au henné au coeur de la plus grande forêt d'arganiers du monde. Etonnament, deux ans plus tôt à Rabat-Souissi chez Fatna, Soumia m'avait tatoué... un scorpion. Deux scorpions à deux ans d'intervalle tatoués sur les mains d'un captain-lion qui n'avait formulé aucune demande!!! Curieux curieux n'est-il pas!?!?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia en ce début-juin, le Maroc nous prouve une fois encore qu'il est le plus beau et le plus délicieux pays du monde. Demain, même si Maggy n'est pas parfaitement sage hé hé, nous poursuivons notre route du retour jusqu'à Rabat, once again, le temps d'un rituel, celui du thé au Café Maure des Oudaïas... Bonne soirée et à demain les amis.

Page suivante : ~~ RABAT : Le Café Maure ~~

ThierryKarine