27 janvier 2014

FORMIDABLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie n'est rien qu'un château de cartes... si fragile... Un grand bravo à nos deux petits maçons de la Haute-Marne qui  se forgent très tôt un solide bagage architectural. Merci aussi à Stromae pour la musique... Musique ho ho Maestro... Musique hé hé Stromae... 

 

 

 

De retour chez nous après 4 semaines d'absence, nous avons trouvé dans notre boîte à lettres, au beau milieu des cartes de voeux, un recueil chargé de la sensibilité et de la poésie de ma soeur Joëlle. C'est lui qui fera l'affiche de la prochaine page du blog des artistes, des poètes et des voyageurs.... si tout le monde est bien sage, comme il se doit.. Bonne fin de janvier les amis. 

Page suivante : ~~ Cascade du Déroc (Aubrac) ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

Posté par annexemj à 00:09

20 janvier 2014

""Happpizzzzz Beursssdayzzzzz""

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Deux évènements majeurs ce Janvier au coeur de la Haute-Marne : le 16, l'anniversaire d'Isabelle et le lendemain 17, l'anniversaire de Karine. Vous êtes presque jumelles hé hé. Happpizzzzz Beursssdayzzzzz les filles!!! Bises à tous.

 

 

 

Page suivante :  ~~ FORMIDABLES ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

 

13 janvier 2014

LE RAGONDIN DE CHOIGNES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le héron pris par Thierry - Reflex NIKON D5100 - Zoom 70/200 focale maxi à 200 -  Poids 2100 gr - Prix 2600 euros

 

 

 

 

Le héron pris par Karine du même endroit - Bridge NIKON P520 - 550 gr - 299 euros 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Janvier 2014. A Choignes tout près de Chaumont en Haute-Marne, à l'heure de midi solaire, on court bras nus le long des berges du canal. Sur l'eau, de frêles  esquifs végétaux à la dérive croisent  une petite ablette qui fait sa première et ultime planche. Ce n'est pas bon signe, un petit poisson qui fait la planche... Un ragondin végétarien casse la croûte sous nos museaux... Un héron quitte son poste d'affût pour gagner les branches altières d'une sapinière...On pourrait se croire en avril et on en profite : la météo annonce la pluie et un mercure  plus conforme à la saison dès demain... A propos de héron, c'est l'histoire d'un petit bonhomme haut comme trois pommes qui se promène avec papy le long des rives du Canal de Choignes et qui s'écrie soudain : Tapon!!! Tapon!!! Et papy de répliquer : Héron!!! héron, petit, pas Tapon!!! Bons soleils de janvier les amis. ThierryKarine.

 

 

Le RAGONDIN de CHOIGNES from chiloe dream on Vimeo.

 

Page suivante : ~~ Happpizzzzz Beursssdayzzzzz ~~

 

 

09 janvier 2014

LE PUITS DES MEZES

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

 

 

 

 

ROTARY et Margot

 

 

 

 

 

MYRTILLE et Romane

 

 

 

 

 

IQEM et Cyndelle

 

 

 

 

 

UBEXY et Bryan

 

 

 

 

 

MYRTILLE et Romane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ROTARY et Margot

 

 

 

 

 

KOKO et Alexandre

 

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

 

 

 

 

VERCORS et Marie

 

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

 

 

 

 

ROTARY et Margot

 

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

 

 

 

 

IQEM et Cyndelle

 

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

 

 

 

 

KOKO et Alexandre

 

 

 

 

 

VERCORS et Bryan

 

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

 

 

 

 

MYRTILLE et Romane

 

 

 

 

 

ROTARY et Margot

 

 

 

 

 

KOKO et Alexandre

 

 

 

 

 

VINCI et Isabelle

 

Bravo aux chevaux, aux cavalières et aux cavaliers, et merci à Monsieur Météo pour cette belle journée :

15° au coeur de la Haute-Marne un 8 Janvier, nous avons savouré...

 

""Très loin, au plus profond du secret de notre âme, un cheval caracole... Un cheval, le cheval !

Symbole de la force déferlante, de la puissance du mouvement, de l'action..""

(David Herbert Lawrence - 1885-1930)

 

Page suivante :  ~~ Le Ragondin de Choignes ~~

ThierryKarine

 

 

Posté par annexemj à 21:01
Tags : , ,
01 janvier 2014

MEILLEURS VOEUX D'ORLEANS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle était bonne, simple et douce fille.

Quelquefois je l'ai vue, elle gardait les troupeaux de son père...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si d'aventure vous désirez passer le Jour de l'An à Orléans, choisissez un hôtel sur les bords de Loire, par exemple "L'OCEANIA", 68 euros la chambre double, petit-déjeûner compris, parking privé compris. Pour se rendre au centre-ville, il suffira de longer les quais de Loire à pieds pendant 10 minutes. Visite obligée à Jeanne d'Arc et à la belle Cathédrale. La plupart des restaurants sont regroupés dans la Rue de Bourgogne. Karine voulait dîner oriental, nous avons avisé un excellent restaurant pakistanais, "Le RAJISTHAN", menu de réveillon à 38 euros pour 2 personnes!!! Nous avons mangé à satiété, retour à pied à l'hôtel, le captain avait du mal à rentrer le ventre, ce qui faisait sourire sa sirène, et première résolution logique pour l'année nouvelle : manger moins et marcher plus. Demain, nous gagnerons la Haute-Marne. Bonne année les amis.

Page suivante : ~~ LE PUITS DES MEZES ~~

ThierryKarine

 

 

 


27 décembre 2013

~~ NOËL 2013 ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Je me souviens avoir un jour entendu un religieux dire qu'un homme a trois chances successives de se construire.

Tout d'abord, avec l'aide de ses parents.

S'il n'y parvient pas, sa femme lui offre une autre chance de sortir de sa condition d'homme léger, égoïste, immature.

S'il échoue, alors ses enfants deviennent son ultime recours"" 

(Thierry COHEN - J'aurais préféré vivre)

 

Merci pour ces bons moments passés ensemble. Bonnes fêtes les ptits loups.

Retour à l'accueil : ~~ LA VIE EST UN VOYAGE ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

26 décembre 2013

~~ CASCADES DU SAUTADET ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascades du Sautadet à LA ROQUE SUR CEZE dans le Gard (France) le 25 Décembre 2013.

La route chante, quand je m'en vais, je fais trois pas…, la route se tait...
La route est noire, à perte de vue, je fais trois pas…, la route n'est plus... 
Sur la marée haute, je suis montée, la tête est pleine, mais le coeur n'a, pas assez...
Mains de dentelle, figure de bois, le corps en brique, les yeux qui piquent ...
Mains de dentelle, figure de bois, je fais trois pas…, et tu es là...
Sur la marée haute, je suis montée, la tête est pleine, mais le coeur n'a, pas assez...

 

 

Page suivante : ~~ NOËL 2013 ~~

Bonnes fêtes les amis.

ThierryKarine

 

 

 

Posté par annexemj à 13:42
10 décembre 2013

~~ ON N'ENTEND QUE LE VENT ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""J'aimerais que ma vie ne laissât après elle d'autre murmure que celui d'une chanson de guetteur,

d'une chanson pour tromper l'attente. Indépendamment de ce qui arrive, n'arrive pas,

c'est l'attente qui est magnifique""

(André BRETON - L'Amour fou)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Chaque homme est une forteresse qui tient debout dans l’esseulement naturel du cœur et de la chair,

s’ouvre et se referme comme dans le mouvement de l’onde un coquillage, risque à tout instant de se faire attaquer,

se protège, se débat, peu à peu se délabre, et parfois, dans un côtoiement éphémère d’autrui,

émet une minuscule lumière""

(Alice FERNEY - Les autres) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"" Sur les monts tout puissants, on n'entend que le vent

On ne voit que le ciel, on ne sent que le soleil...""

 

Toutes ces images ont été prises lors de notre voyage au Maroc en 2012,

principalement dans l'Atlas.

 

 Page suivante : ~~ CASCADES DU SAUTADET ~~

 

ThierryKarine

 

 

 

25 novembre 2013

~~ SUNDAY WALK IN ALÈS ~~

 

 

Dimanche 24 Novembre 2013. Départ de la maison à pied à 11 heures. Retour chez nous à 13 heures 30. Toutes les images sont postées dans l'ordre chronologique de la promenade. Les Alésiens devineront notre parcours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page suivante : ~~ ON N'ENTEND QUE LE VENT ~~

ThierryKarine

 

 

 

Posté par annexemj à 00:32
21 novembre 2013

~~ BLACK AND WHITE MEMORIES ~~

 

 

 

 

Il n'y a d'immobile dans la vie que les souvenirs :

nous ne sommes sûrs de garder intact que ce que nous avons perdu... 

(Sophie Swetchine - Airelles)

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant je sais une bonne fois pour toutes qu'on ne chasse pas les images,

et encore moins les brèches invisibles qui se creusent au fond des ventres,

on ne chasse pas les résonances ni les souvenirs qui se réveillent quand la nuit tombe ou au petit matin,

on ne chasse pas l'écho des cris et encore moins celui du silence.

(Delphine De Vigan - No et moi)

 

 

 

 

 

 

 

 Et il n’est pas suffisant d’avoir des souvenirs.

Il faut pouvoir les oublier, quand ils sont nombreux,

et il faut avoir la grande patience d’attendre qu’ils reviennent.

Car les souvenirs ne sont pas encore ce qu’il faut.

Il faut d’abord qu’ils se confondent avec notre sang, avec notre regard, avec notre geste,

il faut qu’ils perdent leurs noms et qu’ils ne puissent plus être discernés de nous-mêmes.

Il peut alors se produire qu’au cours d’une heure très rare,

le premier mot d’un vers surgisse au milieu d’eux et émane d’eux.  

(Rainer Maria Rilke)

 

 



 

 

 

 

Écrire, c'est écouter, observer, renifler, devenir marronier, abat-jour ou toile d'araignée.

Tendre l'oreille, le regard, le pif, faire le vide en soi pour que la vie s'y engouffre et dépose ses alluvions.

S'oublier pour devenir tous les personnages, les rires et les larmes, les espérances et les impatiences,

plonger tout au fond, saisir une pièce en or... La déposer dans le récit et repartir... 

(Katherine Pancol - Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)


 

 

 

 

 

 

 

La vie ne dispense pas seulement de beaux et merveilleux souvenirs.

Je la vois comme la surface de l'eau d'un fleuve qui monte et qui descend selon la marée,

et qui change d'aspect suivant les intempéries...  

(Ly Thu Ho - Printemps inachevé)


 

 

 

 

 

 

 

 J'ai fermé les yeux, et j'ai mis les mains dessus,

et j'ai tâché d'oublier, d'oublier le présent dans le passé.

Tandis que je rêve,

les souvenirs de mon enfance et de ma jeunesse me reviennent un à un,

doux, calmes, riants, 

comme des îles de fleurs sur ce gouffre de pensées noires et confuses

qui tourbillonnent dans mon cerveau... 

(Victor Hugo - Le dernier jour d'un condamné)

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart de nos souvenirs mentent,

comme les photos des cartes postales...

(John Irving - Je te retrouverai)

 

 

 

 

 

 

 

On n'emporte pas les cendres de ses pères à la semelle de ses souliers,

et le plus pauvre garde quelque part un souvenir sacré qui lui rappelle ceux qui l'ont aimé.

Religion ou philosophie, tout indique à l'homme le culte éternel des souvenirs..  

(Gérard de Nerval - Les filles du feu)


 

 

 

 

 

 

 

J'aimais ce pays infiniment. Il est des coins du monde délicieux qui ont pour les yeux un charme sensuel.

On les aime d'un amour physique. Nous gardons, nous autres que séduit la terre, 

des souvenirs tendres pour certaines sources, certains bois,

certains étangs, certaines collines, vus souvent,  

et qui nous ont attendris à la façon d'événements heureux.

Quelquefois même,  la pensée retourne vers un coin de forêt,

ou un bout de berge, ou un verger poudré de fleurs,

aperçus une seule fois, par un jour gai,

et restés en notre coeur comme ces images de femmes rencontrées dans la rue,

un matin de printemps, avec une toilette claire et transparente,

et qui nous laissent dans l'âme et dans la chair un désir inapaisé, inoubliable,

la sensation du bonheur condoyé... 

(Guy de Maupassant- Boule de Suif)

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a ainsi des gens qui vous délivrent de vous-même,

aussi naturellement que peut le faire la vue d'un cerisier en fleur

ou d'un chaton jouant à attraper sa queue.

Ces gens, leur vrai travail, c'est leur présence...  

(Christian Bobin - Tout le monde est occupé)

 

 

 

 

 

 

 

 

La nature des hommes était ainsi faite. Il fallait qu'ils se divisent.

C'était leur façon de s'assurer qu'un jour le bonheur leur sera possible.

C'était de cela qu'avaient besoin les hommes. D'une espérance de bonheur.

De cet instant sublime qu'on appelle la consolation, où soudain on reprend goût à la vie,

parce que l'on pense que demain sera meilleur...  

(Metin Arditi - La confrérie des moines volants)


 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois, j'en viens à me demander à quoi servent les souvenirs

qui reviennent avec tant d'acuité quand on perd la mémoire de la veille.

Ils sont comme des vols d'oiseaux migrateurs. Ils ne préviennent pas de leur retour.

On en saisit chaque détail avec émotion quand ils passent.

Et puis c'est fini... 

(Frédérique Deghelt - La grand-mère de Jade)


 

 

 

 

 

 

 

Je ne savais pas alors que, tôt ou tard,

l'océan du temps nous rend les souvenirs que nous y avons enfouis""  

(Carlos Ruiz Zafón - Marina) 

 


 

 

 

 

 

 

Naître, c'est faire naufrage sur une île...

(James Matthew Barrie - Peter Pan)



 

 

 

 

 

 

 

 

Une seule vague sépare-t-elle encore votre esquif du rivage?

Prenez-y garde, vous n'avez point abordé...

(Félix Guillaume Marie Bogaerts)

 

 

 

 

 

 

 

 

Voie Lactée, ô soeur lumineuse des blancs ruisseaux de Chanaan

et des corps blancs des amoureuses...

(Guillaume Apollinaire - La chanson du mal-aimé)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un lit de lumière, une chaise de silence, une table en bois d’espérance, rien d’autre :

telle est la petite chambre dont l’âme est locataire... 

(Christian Bobin - Ressusciter)

 

 

 

 

 

 

 

Ne crois pas que tu t'es trompé de route,

quand tu n'es pas allé assez loin...

(Claude Aveline - Avec toi-même) 

 

 

 

 

 

 

 

Les routes vers Dieu sont perdues.

Dieu n'est accessible qu'aux aventuriers...

(René Barjavel - La faim du Tigre)

 

 

 

 

 

 

 

Les maisons passent de mains en mains, d'histoires en histoires,

jusqu'à l'avènement des ruines.

Curieusement, on les nomme demeures.

(Chantal Dupuy-Dunier - Ephéméride) 


 

 

 

 

 

 

 

Vous savez, je ne crois pas aux souvenirs :

les souvenirs, ça devient plus beau que ce qui a été,

ou moins beau, on ne sait plus. On en perd tant...

Ça transforme tout... Et puis c'est violent, ça vous dévore... 

(Laurence Tardieu - Rêve d'amour)



 

 

 

 

 

 

 

 Pour un clou, se perd un fer.

Pour un fer, le cheval. 

Et pour un cheval, le cavalier...

(Charles Cahier - Proverbes flamands - 1856)

 

 

 

 

 

 

 

Voilà ce que c'est que les moutons.

Ils obéissent aux chiens qui obéissent aux bergers qui obéissent aux astres...

(Charles-Albert Cingria - Bois sec, bois vert)

 

 

 

 

 

 

 

Avec le temps, ce sont nos joies d'enfants que nous convoquons le plus facilement dans nos souvenirs,

elles nous accompagnent avec une rare fidélité. Retrouver ce que nous avons éprouvé dans ces moments

demeure une source de félicité que nul ne pourra nous ravir.

Le cours de nos vies est semé de pierres qui nous font trébucher, et de certitudes qui s'amenuisent.

Nous ne possédons que l'amour qui nous a été donné, et jamais repris... 

(Gaëlle Josse - Les heures silencieuses)

 

 

 

 

 

 

 

 

A une vie toute de songe,

la mort ne peut faire mal...

(Manuel Altolaguirre - Vivir soñando) 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai brisé ces chaînes que l'on croit éternelles.  Et j'ai durci mon âme et tué les souvenirs.

Famille, amour, amitié, haine, j'ai tout vendu. J'ai tout renié. J'ai étranglé les joies tranquilles.

Et les bonheurs monotones...  

(Jean Venturini - Outlines - 1939)

 

 

 

 

 

 

 

Dans la nuit épaisse qui nous entoure,

est-il une lueur que nous puissions repousser?

(Benjamin Constant - Adolphe - 1815) 

 

 

 

 

 

 

 

C'est la dernière responsabilité qui nous incombe :

éviter que nos enfants aient un jour les dents gâtées par les raisins verts de l'oubli.

Écrire et raconter, inlassablement, non pour juger mais pour expliquer.

Ouvrir la porte à ceux qui cherchent une trace du passé et qui refusent le silence,

repiquer chaque matin le riz de nos souvenirs...

(Hélie de Saint Marc - Les sentinelles du soir)  

 

Le murmure du vent from chiloe dream on Vimeo.

 

Page suivante :  ~~ SUNDAY WALK IN ALÈS ~~

ThierryKarine