14 juin 2014

~~ De RABAT à CEUTA ~~

 

 

Si le Café Maure est un rituel obligé quand nous passons à Rabat, une halte à Moulay-Bousselham sur les bords de la Merja-Zerga, la belle lagune bleue, est tout aussi incontournable. Aujourd'hui, nous prenons juste le temps d'aller saluer ce bassin où nous venions aussi dans l'autre millénaire, avec nos parents et nos grands-parents. Une source sacrée, aujourd'hui tarie, faisait ici le bonheur des carpes et des poissons-rouges... Le sacré s'évanouit comme les heures merveilleuses de notre enfance...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 7km de Moulay-Bousselham sur la route de Souk-el-Arba du Gharb, notre petit pépiniériste attitré : encore un arrêt rituel. Nous y achetons quelques poteries et des plantes... Après avoir distribué nos ballots de linge tout au long de notre périple, nous avons de la place dans le grand coffre inférieur de notre petite, géniale et supérieure TK-Karavan, ceci dit en toute modestie, mais avec une certaine fierté tout de même, parole "d'ingénieur-concepteur-en-chef" hé hé hé...

 

 

 

 

 

 

 

Pour les gens pressés, il y a l'autoroute bien sûr, qui vous mène en à peine plus d'une heure de Moulay-Bousselham à Tanger. Nous, une fois de plus, nous prenons le chemin des écoliers. Après avoir calé dans le bien pratique coffre inférieur de notre TK-Ravan poteries et plantes, dont un pied de basilic touffu et odorant, nous poursuivons notre bonhomme de chemin sur la route de Souk-el-Arba. Quelques kilomètres après avoir franchi le pont sur le Drader, nous prenons à gauche en direction de Lalla Mimouna. Ce n'est pas jour de souk et la route est vide. A l'entrée du bourg, deux jeunes filles prennent l'ombre sous un mimosa à épines (acacia karroo) en pleine floraison. Je ne vous dirai pas que la petite route qui mène de Lalla Mimouna à Arbaoua est une merveille. Aujourd'hui, elle est pour nous tous seuls, c'est du bonheur, et on espère qu'elle restera longtemps longtemps oubliée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La route de Lalla Mimouna mène directement à Arbaoua à travers de magnifiques campagnes vallonnées. A Arbaoua demeure le bâtiment en béton de l'ancien poste-frontière entre le Maroc et le Maroc-espagnol. Nous faisons là une seconde pause-achat-poterie. Nous nous arrêtons par hasard devant la boutique N° 9. Le hasard fait bien les choses : le patron de la boutique N° 9 connaissait très bien notre oncle Sounet qui lui envoyait les clients et invités de la Sochatour, Société de Chasse Royale. A noter que la boutique N° 9 est bâtie autour d'un eucalyptus centenaire. Les tempêtes d'hiver ont fait tomber du bois mort sur le toit fragile, occasionnant quelques dégâts et déclenchant des vélléités d'abattage. J'ai fait promettre au patron du lieu de ne jamais abattre cet arbre vénérable (il faut 3 personnes pour faire le tour du tronc en tendant les bras) mais d'organiser un élagage conséquent. Les acheteurs viendront acheter les poteries à la boutique n° 9 et voir dans la foulée "l'eucalyptus gigantus" dispenser son ombre précieuse sur le lieu... Le message semble avoir été reçu. Nous avons promis de nous arrêter ici à notre prochain voyage en Octobre. Et si d'aventure vous passez à Arbaoua, allez prendre des nouvelles de ce bel arbre et demandez au patron des lieux une remise en souvenir de Monsieur Sounet... Salut notre oncle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Maroc, au cours du dernier demi-siècle, parole de captain, il y a eu deux évènements marquants : La Marche Verte, annexion pacifique de l'ancien Sahara espagnol lancée en 1975 par Sa Majesté Hassan II... et l'avènement du téléphone portable. Le téléphone portable est partout, dans les villes bien sûr, mais tout autant dans les campagnes, jusqu'au coeur de la forêt d'arganiers, tout comme ici dans la boutique-poterie n° 9 d'Arboua où on l'utilise pour additionner le montant de nos achats...

 

 

 

 

 

 

 

Salut la famille, et rendez-vous en Octobre prochain Inch'allah...

 

 

 

 

Une fois n'est pas coutume, nous avons décidé de quitter le Maroc par Ceuta, enclave espagnole à l'extrème nord du Royaume Alaouite. Nous arrivons à Fnideq, dernière ville marocaine avant la frontière alors que le jour décline. Nous garons notre Berlingo/TK-Ravan non loin d'un magnifique minaret bleuté, celui de la Mosquée Mohamed V sur la Corniche Hassan II, inaugurée pas Sa Majesté Mohamed VI en 2011. Trois noms, trois générations et toute l'histoire contemporaine du plus beau pays du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenons notre dernier dîner marocain dans un délicieux restaurant populaire de Fnideq. Petit prix, grandes saveurs. La nuit est largement tombée sur le minaret de la Mosquée Mohamed V quand nous sortons de table. Nous passons la frontière toute proche à 23 heures, l'heure idéale. Peu de monde d'autant plus que début juin, nous ne souffrons pas des migrations saisonnières. Le douanier espagnol nous demande : "Franceses los dos". Si señor, et il ne prend même pas la peine de contrôler nos passeports. Du bonheur, car parfois les tracasseries douanières sont déprimantes, particulièrement à Tanger. Nous voilà donc en terre espagnole sans avoir encore quitté le continent africain. Pas de véritable camping à Ceuta : nous nous mettons en quête d'un endroit pour passer la nuit. Et nous trouvons sur les coups de minuit une place de rêve dominant le Détroit de Gibraltar.

 

 

 

 

C'est là que nous nous réveillons, non loin de  l'Ermitage Saint Antoine après une nuit peuplée de rêves où le captain reprenait du service à bord d'une géniale petite coque de noix vert-tilleul au coeur du mythique Détroit. Matin légèrement brumeux sur la rive espagnole. Il faut un oeil de captain pour deviner au loin le Rocher de Gibraltar et la Baie d'Algéciras...

 

 

 

 

Nous abandonnons notre petit-parking-palace-d'une-nuit-5-étoiles près de la Chapelle San Antonio pour aller boire un premier café con leche dans la zone portuaire et découvrir plus tard la belle ville de Ceuta si tout le monde est aussi sage que Claudine à Paris, Marianne à Lausanne, Michèle à La Chaume et Ghislaine à Brasilia...

Page suivante : ~~ CEUTA : Une belle sentinelle convoitée ~~

Belle journée les amis.

ThierryKarine

 

 


~~ RABAT : Le Café Maure ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A chaque passage à Rabat s'inscrit le rituel d'un thé à la menthe au Café Maure des Oudayas. Il nous ramène aux couleurs pâles et délavées de nos lointains souvenirs d'enfance. Nous sommes venus ici avec nos parents, nos grands-parents dans l'autre millénaire. Plus vive que les couleurs, c'est l'odeur de la menthe qui sans prendre une ride, reste omniprésente... Cette fois, alors que nous écrivons avec Karine nos traditionnelles cartes postales, une personne se lève de la table en face, s'approche de moi tout sourire : ""Je m'excuse de vous déranger, mais je vous connais, vous êtes "chiloedream", je vous suis à travers votre blog, je sais que vous avez changé de véhicule, que vous aimez comme moi Moulay-Bousselham, le Maroc..."" Merci Yves pour cette belle surprise. Belle retraite du côté de Casablanca...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non loin du jardin fleuri qui jouxte le Café Maure, silence on tourne, pour le cinéma ou la télévision. Charme, sourire, grâce... On ira voir le film hé hé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de quitter Rabat, nous prenons une dernière photo de la Tour Hassan pour Françoise et une toute toute dernière photo du Phare de Rabat pour Nabila. Demain, nous serons à Ceuta, belle enclave espagnole au Maroc.

Page suivante : ~~ De Rabat à Ceuta ~~

Belle nuit les amis, à demain.

ThierryKarine

 

 

Posté par annexemj à 00:00
Tags : , , , , , ,
16 mai 2014

~~ De Rabat-Souissi à El Jadida ~~

 

 

 

Après une dernière merveille culinaire, la porte se referme sur la tendresse du plus beau jardin du monde à Rabat-Souissi : cap sur El Jadida. On accroche la TK-Ravan au Berlingo en 2 temps 3 mouvements, on s'étreint avec émotion mais on repassera à notre retour du sud, c'est promis. Encore merci Fatna pour ces merveilleux moments.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pause picnic sur la plage de Mohammedia, l'ancienne Fedala. Ici, pour moi, c'est le souvenir du "Tahadi", "Le Défi", sur lequel je servais de matelot sur la plage-avant pour le plus grand bonheur de ma Marraine, car en mon absence, c'est elle qui était chargée de remonter l'ancre mouillée sur un sec au large à 60m de profondeur, "à bras d'homme" s'il vous plaît, ce fifty dont la qualité première était la solidité, ne possédant pas de guindeau!!! Parties de pêche musclées et de merveilleuses prises pour nous récompenser...

 

 

 

 

 

 

Un peu plus loin à Casablanca, nous choisissons de passer par le centre. Une élégante profite des embouteillages pour inspecter son vernis tandis que nous passons sous les balcons de l'ancien immeuble de tata Jacqueline et oncle Didier. Bises (virtuelles) au passage à notre Brotch et à sa maman...

 

 

 

 

 

 

A Azemmour, une "carossa" profite de notre arrêt sur le pont qui enjambe l'Oum R'Bia pour dépasser notre géniale TK-Ravan et son matelas Dunlopillo de 2mx1,50m sur lequel nous dormons mieux qu'à la maison hé hé..

 

 

 

 

 

Au Maroc, toutes les occasions sont bonnes pour faire une pause-photo, sur le pont de l'Oum R'Bia à Azemmour ou ailleurs, mais comme nous l'écrit ce soir mon parrain-ce-héros, "prudence sur la route, et vigilance à l'arrêt". Oui, ouvrons l'oeil et le bon sur les routes du plus beau pays du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A El Jadida, nous dormons sous des eucalyptus centenaires. De drôles d'oiseaux surveillent notre campement, et si d'aventure ils se mettaient à chercher Léon autour de de la TK-Ravan la nuit prochaine, ce serait le "paon-paon" cul-cul assuré hé hé hé!!!

 

 

 

 

 

 

A El Jadida, nous dînons au coeur de la vieille médina dans un minuscule et génial restaurant. Il y a une table sur la rue et deux autres dans la salle à l'intérieur. Un bol de harira, un tajine-poulet, pain à volonté, thé à la menthe offert pour 40 dirhams, 20 dirhams par personne, 1 euro et 80 centimes!!! Pour sûr, quand nous nous ré-installerons dans le plus beau pays du monde, Karine n'aura plus besoin de faire la cuisine... et j'échapperai ainsi probablement aux corvées de vaisselle hé hé : nous irons au restaurant tous les jours... Nezha la patronne nous donne son téléphone : au retour, elle nous préparera un tajïne aux beignets de sardines... J'en salive déjà....

Page suivante : ~~ De El Jadida à Safi ~~

Bisous les amis.

ThierryKarine

 

 

 

Posté par annexemj à 21:22
Tags : , , , , , , , ,
19 juillet 2013

~~ EMILIE d' ALESSANDRIA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Vérone, nous voilà au coeur du Piémont sur les traces de notre passé. Notre arrière-grand-mère Emilie est née ici à Alessandria en 1870, elle nous a quittés en 1961 dans le jardin disparu de notre enfance à Rabat-Agdal, bien loin de sa terre natale piémontaise. Je me souviens de son départ du haut de mes 7 ans : ce fut ma toute première approche de la mort. Sans trop d'explications, Maman m'avait demandé de dire au-revoir à Grand-mère. Au moment de l'embrasser m'est apparu brusquement une réalité qui ne m'avait jamais effleuré : nous étions mortels, Grand-mère ne dormait pas, elle était partie pour toujours, irrémédiablement. J'ai pris mes jambes à mon cou, et j'ai trouvé refuge au beau milieu des feuilles d'acanthe sous les grands mûriers au fond du jardin. Après quelques mots maternels qui se voulaient apaisants, j'ai fini par donner mon premier baiser d'adieu, le tout dernier baiser à Grand-mère. Dans les rues d'Alessandria, nous sommes allés à la rencontre d'Emilie, et nous avons trouvé un peu de sa jeunesse et de ses rêves... Demain, après près de 3 mois de voyage, nous franchirons la frontière pour nous retrouver à Menton, en terre de France. 

Page suivante :   ~~ MENTON ~~

 

 

 

 

10 avril 2012

~~ SOLEIL SUR RABAT ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beau temps ce lundi de Pâques sur Rabat la capitale du Royaume Alaouite. Un thé à la terrasse des Oudaïas. On écrit 2 ou 3 cartes postales. On va marcher dans la lumière tamisée de la rue Souika. Et on va prendre un bol d'air et de soleil sur la plage de l'oued Yquem, au bord de l'Atlantique qui a des airs de Méditerranée... La vidéo est dans Youtube : 

http://www.youtube.com/watch?v=rWg7SXVwusE

 Page suivante :  ~~ MEKNES ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 13:14
Tags : , , , , , ,

09 avril 2012

~~ LA CATHEDRALE DE RABAT ~~

 

 

 

 

Week-end de Pâques oblige, nous avons franchi aujourd'hui la porte de la Cathédrale de Rabat et parcouru le beau chemin de croix de Jean Hainaut. Bonjour au passage à Claudine Sauvignon-Hainaut sa fille et à Yves.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1965, quelques semaines avant de quitter le beau Maroc, à l'occasion de sa confirmation, le captain se souvient avoir embrassé la bague en améthyste de Monseigneur Amédée Lefèvre. Comme quoi, on peut être chenapan tueur de huppe et de fauvette baguée et être autorisé à baiser une main sacrée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie est un long chemin de croix. Un passager du blog, grand parcoureur du Maroc, vient de nous quitter. Puisse-t-il entendre là-haut le chant des outardes, des bernaches et des canepetières. Toutes ces images sont pour lui. Nous saluons aussi  l'arrivée d'un petit Tao du côté de la Nouvelle Calédonie. Il a fait un ciel d'été sur Rabat aujourd'hui. Nous en posterons quelques reflets demain. Nous irons faire aussi un tour à Meknès l'oubliée. Puis nous irons dormir à Moulay Idriss pour nous réveiller à Volubilis... Bonne nuit beaux rêves.

Page suivante : ~~ SOLEIL SUR RABAT ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

11 mars 2012

~~ FLEUR D'ORANGER ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Rabat la plus belle ville du monde, la fleur d'oranger pose sa douceur parfumée sur le thé et sur une amitié précieuse née au plus loin de notre enfance... Merci M'Barka, merci Fatna, merci Rim, merci Si Mohamed... 

 

Page suivante : ~~ L'EAU DE L'ATLAS ~~

 

 

Posté par annexemj à 15:49
Tags : , , , ,
31 janvier 2012

~~ UNE PETITE PLAGE ~~

 

Le 1er Février 2007, je m'élançais de France vers le Maroc à VTT. 5 ans déjà. Un pèlerinage vers le jardin disparu de notre enfance à Rabat-Agdal. Sur ma route, la toute première plage : Bouknadel... Aujourd'hui, ce lieu sauvage est voué aux promoteurs sous le regard mauve des immortelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"" Les enfants portent mon enfance. Je les aime pour cela. Pour ce qu'ils font réapparaître : les cris dans les vagues, la sieste sur la plage, les yeux vers le ciel, cette grande solitude. "" (Nina BOURAOUI - La vie heureuse)

 

La video de la petite plage :

http://www.youtube.com/watch?v=FO9243HABcQ

Page suivante : ~~ FLEUR D'ORANGER ~~

 

 

 

23 juillet 2011

~~ RABAT EST UN JARDIN ~~

 

 

 

            

 

La Tour Hassan et le Mausolée Mohamed V sont séparés par une vaste esplanade. Ici il fait grand bon respirer la brise atlantique. Elle remonte en longeant l'estuaire du Bou Regreg vers ces lieux chargés d'histoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Tout près du Mausolée, les drapeaux marocains se prennent pour un arbre du voyageur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut quitter le quartier de la Tour Hassan en empruntant le nouveau tramway. Il longe le trottoir où Françoise faisait du patin à roulettes au temps jadis où nous étions bambins dans l'autre millénaire... Le tramway franchit le magnifique pont Moulay Hassan sur le Bou Regreg. Terminus à Salé, la ville soeur, secrète, où plane le lointain souvenir des pirates barbaresques...

 

 

 

Si vous souhaitez faire des affaires, c'est à Salé qu'il faut vous perdre. Les fruits sont irrésistiblement colorés et sucrés à des prix si bas qu'on ose à peine marchander... 

 

 

 

 

Les étoffes sont chatoyantes. Pour trois fois rien, vous faites le plein de coupons. Vous pouvez les glisser dans votre valise beaucoup plus facilement qu' un kilo de raisin-muscat... Le captain s'est choisi une popeline soyeuse dont on lui fera un pyjama berbère léger comme une brise de juin. Sa sirène a préféré une mousseline fleurie comme un jardin de juillet. On lui fera bientôt un chemisier diaphane comme un matin des mille et une nuits...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cette saison les figues ont des accents de miel. Ces blanches, des bakkours de Ouezzane, n'ont pas résisté à notre gourmandise. Apprendre à parler marocain n'est pas si difficile. Vous vous imposez par exemple de retenir 2 mots par jour. A la fin de l'année, cela fera 700 mots à votre vocabulaire, presque de quoi tenir un discours électoral... Les deux mots du jour : BAKKOUR, la figue blanche, et KARMOUSS, la figue noire... On note cela dans un petit carnet, on se le répète en allant se coucher et on s'endort en rêvant aux senteurs des figueraies de la belle Ouezzane... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1,50 dirhams, 13 centimes d'euros l'épi de maïs grillé, trempé dans l'eau salée sans supplément. Pour 3 francs 6 sous, vous pouvez vous régaler jusqu'à plus soif, sans excès toutefois, pour éviter de se retrouver allongé dans une courette d'artisans-zelligeurs, contraint de boire l'eau saumâtre et sucrée d'une coupelle en devinant des voix  lointaines vous implorant : "schroeb, wa Moulay, schroeb" ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant Salé pour retrouver Rabat, nous passons dans le célèbre quartier des potiers. Le ciel est d'encre, mais aucune inquiétude : on a démarré 3 grands fours, 3 grands FARHAN, dans un crépitement intense aux senteurs d'eucalyptus... FARHAN, le four, KARMOUSS, la figue noire, BAKKOUR la figue blanche, 3 mots pour la leçon du premier jour, le discours risque d'être présidentiel en fin d'année... 

 

 

 

 

A RABAT la ville-jardin, Fatna nous emmène découvrir une excellente table au coeur du quartier de l'Océan. Qui dit Océan dit poisson : ici vous dégustez tout ce que l'Atlantique peut offrir. C'est frais à souhait, magique, convivial et d'un rapport qualité-prix sans égal... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les occupants des aquariums ne se soucient aucunement de leurs petits copains grillés dans nos assiettes. A chacun sa destinée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour se rendre du quartier de l'Océan à Rabat-Souissi, le plus direct est de passer par le centre-ville. Fatna et sa Logan nous font faire le grand et joli tour par les rives du Bou-Regreg, le Chellah. Quand on longe les remparts du Mechouar, le Palais Royal, on est presque arrivés. M'Barka, Fatna et Rim habitent au Souissi dans un très beau jardin... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le (Thierry) galant de nuit cher à Karine... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des mûres mures nous murmurent les souvenirs du jardin disparu de notre enfance, dans le quartier de l'Agdal tout proche. Des fleurs, de la sauge, toutes sortes de menthes. Fatna a même planté récemment un manguier et un goyavier non loin de l'immense lilas du Japon planté par Jilali dans l'autre millénaire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La menthe, c'est le signe premier de la conviviali(thé)té et de la profondeur des sentiments...

 

 

 

 

 

 

 

Avant de quitter Rabat, Soumiya nous offre de jolis dessins au henné...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RIM, la STAR du Souissi en personne...

 

 

 

 

 

Voilà le captain tatoué d'un scorpion. C'est le signe de Soumiya. Nous voilà tous tatoués de la tête aux pieds. Mais c'est le coeur qui a reçu le plus merveilleux tatouage, une tendresse venue de l'autre millénaire. Il va être bien difficile de quitter RABAT et son jardin d'affection. Même si vous êtes bien sages, il va être bien dur d'arriver à CHAOUEN perchée sur sa corniche Rifaine... CHAOUEN demain, en espérant pour une fois que vous ne serez pas sages...

 Page suivante : ~~ AU COEUR DU GHARB ~~

 

 

21 juillet 2011

~~ LA TOUR HASSAN ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Tour Hassan est le monument phare de la belle ville de Rabat. Elle est le minaret inachevé de ce qui devait être la plus grande mosquée du monde. Son initiateur, Yacoub El Mansour, Yacoub le Victorieux, mourut en 1199 trois ans après les travaux commencés en 1196. El Mansour voulait faire de Rabat la capitale de son Empire et marquer ainsi le pays du sceau de la dynastie des Almohades. Ses successeurs n'éprouvèrent pas le besoin de poursuivre les travaux. L'édifice se dégrada et le tremblement de terre de 1755 détruisit entièrement les colonnades. La Tour conçue pour mesurer 80 mètres, domine la basse-vallée du Bou Regreg du haut de ses 44 mètres. La rampe qui mène au sommet du célèbre édifice est assez large pour être gravie par un cheval et son cavalier. La Tour Hassan est une promenade incontournable dans un des plus jolis quartiers de la ville. 

Page suivante : ~~ RABAT EST UN JARDIN ~~