12 juin 2014

~~ OUALIDIA : Déjeûner pieds dans l'eau, c'est han hé hé ~~

 

 

Avant de prendre la route de OUALIDIA, nous achetons une recharge téléphonique dans notre épicerie attitrée à la lisière de la forêt d'arganiers. Briti t'mchi mhana fi França? Tu veux venir avec moi en France? Je pose souvent la question aux enfants que nous croisons en espérant toujours que la réponse sera NON. Ne jamais laisser la terre de ses racines pour les miroirs aux alouettes des pays en crise. Le plus beau pays du monde est celui qui nous a vus naître. C'est un devoir et un honneur de lui rester fidèle.

Concernant le téléphone, la première chose à faire en arrivant au Maroc, c'est de retirer la puce Free, Orange, SFR, Bouygues de son Samsung ou autre Nokia et de la remplacer par une puce locale, en l'occurence pour notre pomme une puce Maroc Telecom avec numéro d'appel marocain : cela coûte 30 dirhams (2,90 euros) et la facture mensuelle est réduite par 10 au bas mot!!! On trouve des recharges partout y compris en lisière de la plus grande forêt d'arganiers du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant Essaouira, à quelques kilomètres vers le nord, à Moulay Bouzerktoun, un oiseau saute au-dessus des vagues tandis qu'un autre se pose sur une haie d'épineux...

 

 

 

 

 

 

 

Au Nord de Safi, les koubbas et autres marabouts sont nombreux sur la route côtière de Essaouira à Oualidia. Toutes les occasions sont bonnes pour garer notre petit convoi Berlingo/TK-Ravan et faire une pause-pose-photo... Nous saluons bien sûr au passage notre vieux compagnon Sidi Chachkal...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre TK-Ravan continue de séduire... On se met au diapason de notre lit à roulettes douillet... Vert-amande, vert-tilleul... Quel succès!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arriver à OUALIDIA début-juin un jour de semaine en début d'après-midi, c'est peut-être le moment idéal pour aller déguster langoustes, gambas et araignées de mer sur la plage... On peut acheter son poisson directement aux barques qui rentrent de mer. La vente se fait sur la barque même, à la criée. Il est indispensable de savoir compter en arabe. Le plus simple pour ceux qui n'aiment pas les chiffres, c'est de s'asseoir sous un parasol-pieds-dans-l'eau, c'est han hé hé hé!!! On viendra vous proposer aussitôt tout ce que la mer offre de plus frais. Nous jetons notre dévolu sur 4 langoustes vivantes, une bonne livre de gambas... L'araignée est offerte. Toujours négocier le prix avant de s'asseoir pieds dans l'eau, c'est encore plus han han han hé hé... et 5 à 10 fois moins cher qu'en France...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la main gauche du captain dépassent les pinces d'un scorpion fraîchement tatoué au henné au coeur de la plus grande forêt d'arganiers du monde. Etonnament, deux ans plus tôt à Rabat-Souissi chez Fatna, Soumia m'avait tatoué... un scorpion. Deux scorpions à deux ans d'intervalle tatoués sur les mains d'un captain-lion qui n'avait formulé aucune demande!!! Curieux curieux n'est-il pas!?!?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia en ce début-juin, le Maroc nous prouve une fois encore qu'il est le plus beau et le plus délicieux pays du monde. Demain, même si Maggy n'est pas parfaitement sage hé hé, nous poursuivons notre route du retour jusqu'à Rabat, once again, le temps d'un rituel, celui du thé au Café Maure des Oudaïas... Bonne soirée et à demain les amis.

Page suivante : ~~ RABAT : Le Café Maure ~~

ThierryKarine

 


20 avril 2012

~~ RESPIRER L' OCEAN ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du côté de Beddouza, sur la plage de Sidi Chachkal, on peut lancer sa ligne à la conquête des poissons d'argent, on peut respirer la brise tonifiante de l'Atlantique, le plus bel océan du monde, et surtout passer un moment magique avec les meilleurs amis du monde. Merci Fouzia, merci Aja, merci Imane, merci Mehdi pour cette amitié précieuse. La vidéo est sur DAILYMOTION :

http://www.dailymotion.com/video/xq8spv_respirer-l-ocean_travel

Page suivante : ~~ SE DONNER LA MAIN ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 14:29
Tags : , , , , , , , , ,
09 juillet 2011

~~ IL FAUT SAUVER SIDI CHACHKAL ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au bout de la plage du Cap Beddouza, anciennement Cap Cantin, vers le Nord, le tombeau de Sidi CHACHKAL. Son emplacement sur un rocher entouré d'eau à la pleine mer, en fait un lieu unique au Maroc. C'est un petit Mont Saint-Michel sur la façade Atlantique du beau Royaume Alaouite, à quelques kilomètres au Nord de SAFI. Le tombeau du Saint, revendiqué par les Juifs et les Musulmans, est devenu malheureusement un dépotoir. On trouve à l'intérieur de l'édifice toutes sortes de détritus et une odeur nauséabonde de w-c sauvage qui nous a contraint à prendre l'image ci-dessous "en apnée". Une première mesure, après nettoyage et assainissement, serait d'installer urgemment un portail pour verrouiller l'entrée de ce lieu sacré. Une seconde mesure est de réhabiliter l'édifice, de lui redonner une âme, d'enrichir le tombeau d'objets pieux et historiques relatant la vie du Saint.  Un gardien-guide pourrait veiller sur ces lieux sacrés. La plage est fréquentée toute l'année par les pêcheurs à la ligne, et la saison touristique y attire de plus en plus de monde.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Depuis plus d'un demi-siècle, Brahim vient lancer sa ligne au pied du tombeau de Sidi CHACHKAL. Son appât préféré : les tentacules de poulpe... Cela tient mieux à l'hameçon que les grosses moules abondantes dans la zone. Les sars n'y résistent pas, parfois un loup, ou une dorade gourmande...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

 

Ce soir, nous sommes chez nos amis Aja et Fouzia. Ils nous invitent à déguster de savoureux sars pêchés au pied de la falaise de Lalla Fatna. C'est le meilleur dîner du monde, à déguster exclusivement avec les doigts.

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aja nous raconte jusqu'au coeur de la nuit, les secrets du plus beau pays du monde. Nous évoquons Dar Caïd Hadji, Sidi Chachkal, des vestiges phéniciens découverts tout récemment tout près de Lalla Fatna... Un passé d'une richesse incomparable et qui tombe dans l'oubli par manque bien souvent de moyen ou d'une volonté des ministères concernés. Au Maroc, il y a de nombreux trésors voués à disparaître si rien n'est fait, irrémédiablement. IL FAUT SAUVER LE MARABOUT DE SIDI CHACHKAL.  Merci Fouzia, merci Aja, nous avons dormi comme des bébés dans votre maison au-dessus de l'océan. Jamais deux sans trois, on se revoit en Septembre, Inch Allah...

 

 

 

 

Demain, demain, demain... Demain est un autre jour, et comme vous avez tous été très sages,

nous irons savourer ensemble un merveilleux couscous à Safi en l'honneur de la petite AYA, 4 mois...

 

Page suivante : ~~ AYA ~~