15 mai 2014

~~ Le plus beau jardin du monde ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chez M'Barka et Fatna, nous garons la TK-Ravan au pied de l'arbre du voyageur...

 

 

 

 

 

Sur la route comme dans les jardins, le vert-tilleul de la TK-Ravan a ses fans...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les citrons ne sont pas les seuls à faire la paire hé hé!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Vous voyez le monde. Vous le voyez comme moi. Ce n’est qu’un champ de bataille. Des cavaliers noirs partout. Un bruit d’épées au fond des âmes. Eh bien, ça n’a aucune importance. Je suis passé devant un étang. Il était couvert de lentilles d’eau – ça oui c’est important. Nous massacrons toute la douceur de la vie et elle revient encore plus abondante. La guerre n’a rien d’énigmatique – mais l’oiseau que j’ai vu s’enfuir dans le sous-bois, volant entre les troncs serrés, m’a ébloui. J’essaie de vous dire une chose si petite que je crains de la blesser en la disant. Il y a des papillons dont on ne peut effleurer les ailes sans qu’elles cassent comme du verre..."" (Christian BOBIN - L'homme-joie)

De merveilleux moments au coeur du plus beau jardin du monde... Merci Fatna, merci M'Barka, merci Rim, merci Soumia.

Page suivante : ~~ De Rabat-Souissi à El Jadida ~~

ThierryKarine

 

 

Vous voyez le monde. Vous le voyez comme moi. Ce n'est qu'un champ de bataille. Des cavaliers noirs partout. Un bruit d'épées au fond des âmes. Eh bien, ça n'a aucune importance. Je suis passé devant un étang. Il était couvert de lentilles d'eau — ça oui, c'était important. Nous massacrons toute la douceur de la vie et elle revient encore plus abondante. La guerre n'a rien d'énigmatique — mais l'oiseau que j'ai vu s'enfuir dans le sous-bois, volant entre les troncs serrés, m'a ébloui. J'essaie de vous dire une chose si petite que je crains de la blesser en la disant. Il y a des papillons dont on ne peut effleurer les ailes sans qu'elles cassent comme du verre. L'oiseau allait entre les arbres comme un serviteur glissant entre les colonnes d'un palais.
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-epees.php#l79MK20yHr3cl8Ck.99
Vous voyez le monde. Vous le voyez comme moi. Ce n'est qu'un champ de bataille. Des cavaliers noirs partout. Un bruit d'épées au fond des âmes. Eh bien, ça n'a aucune importance. Je suis passé devant un étang. Il était couvert de lentilles d'eau — ça oui, c'était important. Nous massacrons toute la douceur de la vie et elle revient encore plus abondante. La guerre n'a rien d'énigmatique — mais l'oiseau que j'ai vu s'enfuir dans le sous-bois, volant entre les troncs serrés, m'a ébloui. J'essaie de vous dire une chose si petite que je crains de la blesser en la disant. Il y a des papillons dont on ne peut effleurer les ailes sans qu'elles cassent comme du verre. L'oiseau allait entre les arbres comme un serviteur glissant entre les colonnes d'un palais.

Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-papillon.php#QLsPwY8mAPV2hx4u.99
Vous voyez le monde. Vous le voyez comme moi. Ce n'est qu'un champ de bataille. Des cavaliers noirs partout. Un bruit d'épées au fond des âmes. Eh bien, ça n'a aucune importance. Je suis passé devant un étang. Il était couvert de lentilles d'eau — ça oui, c'était important. Nous massacrons toute la douceur de la vie et elle revient encore plus abondante. La guerre n'a rien d'énigmatique — mais l'oiseau que j'ai vu s'enfuir dans le sous-bois, volant entre les troncs serrés, m'a ébloui. J'essaie de vous dire une chose si petite que je crains de la blesser en la disant. Il y a des papillons dont on ne peut effleurer les ailes sans qu'elles cassent comme du verre. L'oiseau allait entre les arbres comme un serviteur glissant entre les colonnes d'un palais.

L'homme-joie
[ Christian Bobin ]
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-papillon.php#FgRxkQy6fbIptc62.99
Vous voyez le monde. Vous le voyez comme moi. Ce n'est qu'un champ de bataille. Des cavaliers noirs partout. Un bruit d'épées au fond des âmes. Eh bien, ça n'a aucune importance. Je suis passé devant un étang. Il était couvert de lentilles d'eau — ça oui, c'était important. Nous massacrons toute la douceur de la vie et elle revient encore plus abondante. La guerre n'a rien d'énigmatique — mais l'oiseau que j'ai vu s'enfuir dans le sous-bois, volant entre les troncs serrés, m'a ébloui. J'essaie de vous dire une chose si petite que je crains de la blesser en la disant. Il y a des papillons dont on ne peut effleurer les ailes sans qu'elles cassent comme du verre. L'oiseau allait entre les arbres comme un serviteur glissant entre les colonnes d'un palais.

L'homme-joie
[ Christian Bobin ]
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-papillon.php#FgRxkQy6fbIptc62.99


19 juillet 2013

~~ EMILIE d' ALESSANDRIA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Vérone, nous voilà au coeur du Piémont sur les traces de notre passé. Notre arrière-grand-mère Emilie est née ici à Alessandria en 1870, elle nous a quittés en 1961 dans le jardin disparu de notre enfance à Rabat-Agdal, bien loin de sa terre natale piémontaise. Je me souviens de son départ du haut de mes 7 ans : ce fut ma toute première approche de la mort. Sans trop d'explications, Maman m'avait demandé de dire au-revoir à Grand-mère. Au moment de l'embrasser m'est apparu brusquement une réalité qui ne m'avait jamais effleuré : nous étions mortels, Grand-mère ne dormait pas, elle était partie pour toujours, irrémédiablement. J'ai pris mes jambes à mon cou, et j'ai trouvé refuge au beau milieu des feuilles d'acanthe sous les grands mûriers au fond du jardin. Après quelques mots maternels qui se voulaient apaisants, j'ai fini par donner mon premier baiser d'adieu, le tout dernier baiser à Grand-mère. Dans les rues d'Alessandria, nous sommes allés à la rencontre d'Emilie, et nous avons trouvé un peu de sa jeunesse et de ses rêves... Demain, après près de 3 mois de voyage, nous franchirons la frontière pour nous retrouver à Menton, en terre de France. 

Page suivante :   ~~ MENTON ~~