14 juin 2011

~~ TIOUT ~~

 

 

 

 

En descendant le Tizi N'Test, on arrive dans une grande plaine. Nous avons choisi la Palmeraie de Tiout pour passer la nuit. La palmeraie se situe à une quarantaine de kilomètres au sud-sud-est de Taroudannt, route de Tata. Avant d'arriver aux palmiers de Tiout, on savoure la majesté de la forêt d'arganiers, l'arbre roi de cette belle province du Royaume Chérifien. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les arganiers, l'herbe du printemps est déjà bien sèche, aux couleurs du bush australien. Chèvres, moutons, chameaux s'en nourrissent. Les feuilles et les fruits des arganiers complètent l'alimentation du cheptel, sous l'oeil bienveillant des bergers...

 

 

La petite route qui mène à Tiout semble encore plus étroite lorsque l'on croise un camion. Les véhicules sont rares, et plutôt prudents, pour le plus grand bonheur des passagers de la top-classe-grand-air.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Palmeraie de Tiout est longée au sud par le village du même nom. On y croise un unique véhicule avant de nous engager dans la ruelle étroite du douar. Notre Partner s'y faufile avec aisance. Depuis notre départ d'Alès, ce petit véhicule nous surprend et nous comble. Nous lui consacrerons prochainement une "UNE" bien méritée. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux abords de la Palmeraie, l'eau est Reine, et Karine est Princesse...

 

 

Nous traversons le village de Tiout, dépassons la Palmeraie. La piste caillouteuse nous mène au pied du djebel, tout près de la source berbère. L'eau y sourd, discrètement. C'est là que nous avons dormi, dans un calme absolu. Au matin, des petits ânes descendant de la montagne, chargés d'arganes, nous réveillent de la plus jolie manière. Décidément, le Sud est terriblement captivant...

 

 

 Au coeur du village, un simple étal. Le sang du captain ne fait qu'un tour, lui qui adore le pain rustique et noir. Mais ces galettes ne sont pas comestibles : ce sont des savonnettes confectionnées avec les résidus d'huile d'argane. Tant pis, nous continuons à savourer notre pain blanc...

 

 

 

 

 

 

 

 

L'an dernier à Rabat, Si Mohamed avait offert au captain une bague de fiançailles. Cette année à Tiout, deux jours ont été suffisants pour nous y marier berbèrement. Merci à nos hôtes de nous avoir ouvert les portes de l'amitié.

 

 

Demain, nous irons faire un petit tour sous les remparts de Taroudannt, si vous êtes sages bien sûr, comme il se doit...

Page suivante : ~~ LES REMPARTS DE TAROUDANT ~~

 

 

 

 

Posté par annexemj à 13:57
Tags : , , , , ,