10 juin 2014

~~ ARGANIER : L'arbre au grand coeur ~~

 

 

 

Au coeur de la forêt d'arganiers, l'eau est rare. L'habitat s'articule le plus souvent autour d'un puits et chaque maison possède son outre pour aller puiser l'eau, source de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est autour du puits que tout se passe. Saïd est le premier à s'approcher, étonné de nous voir animés d'émerveillement et de curiosité. Il faut le vouloir pour venir se perdre ici, à une quinzaine de kilomètres du premier chemin goudronné. Il nous propose un thé, on ne veut pas déranger, mais un thé au coeur de la forêt d'arganiers, cela ne peut se refuser...

 

 

 

 

Une natte est déroulée sous deux oliviers sans âge jouxtant le puits. Nous avons droit à deux épais coussins rien que pour nous. Les hommes du village se rapprochent, deux, puis trois, puis cinq, l'un d'eux avec deux "khobz bladi" tous chauds sortis du "fahran". Le thé brûlant nous est servi avec le coeur. Chaque mot est un voyage simple et merveilleux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On s'apprête à se séparer mais un des villageois insiste pour nous faire visiter sa maison. Once again, on ne veut pas déranger, mais la visite d'une maison perdue au coeur de la forêt d'arganiers, cela ne saurait se refuser...

 

 

 

 

 

 

 

 

Une maison éblouissante!!! La lumière nous saute aux yeux. Ici, c'est le triomphe du blanc, les murs des cours fermées capturent tout ce que le ciel bleu peut donner pour activer le séchage des arganes fraîchement ramassées sous les arbres au grand coeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

L'éblouissement est total, au sens propre et au sens figuré. J'insiste et j'insiste encore pour que Karine ouvre un peu plus les yeux pour la photo. En vain! Nous ne ferons pas mieux, sous les feux du grand projecteur, l'astre majeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

Fraîchement cueillie, l'argane ressemble à une grosse olive jaune. Une fois séchée et débarrassée de sa peau plutôt épaisse, la noix de l'argane s'apparente davantage à une pistache dans sa coquille lisse, brillante et brune...

 

 

 

 

La noix de l'argane contient 2 ou 3  "amandons". Ici, on nettoie une dernière fois les "amandons" avant de les passer au feu de bois pour torréfaction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

40 kg d'arganes donneront moins de 3 kg d'amandons. Dans cette poêlée, moins de 3 kg d'amandons donneront après passage à la meule de pierre à peine un petit litre de la plus merveilleuse huile du monde aux multiples vertus. A savoir : l'huile d'argane alimentaire peut être utilisée à des fins cosmétiques. L'inverse n'est pas vrai. Moralité : le mieux est de chercher l'huile "première pression" 100% traditionnelle et naturelle. On peut la savourer avec un simple pain "bladi" comme ce matin sous les oliviers sans âge du village, ou en salade, et se l'appliquer tout aussi bien sur le corps de la pointe des cheveux jusqu'au bout des ongles de pieds... Se méfier des produits de laboratoires artisanaux ou industriels... La présence d'argane n'y est parfois plus qu'un "souvenir". Nous repartirons avec un trésor inestimable, une huile grand cru fraîchement pressée, de quoi y tremper nos baguettes-boulangères alésiennes, à défaut de pain-bladi, pendant quelques mois...

 

 

 

 

Au milieu de la forêt d'arganiers, la maison berbère est un espace clos qui s'organise autour de courettes fermées. L'homme cohabite avec son bétail, avec ses poules, les oeufs frais pondus agrémentent les repas. Le cheval est une richesse bien pratique pour se rendre au souk et l'âne sera mis à contribution pour ramener les arganes du fin-fond de la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Oeuf corse comme dirait Dominique en songeant à son île de Beauté, un repas berbère au milieu des arbres au grand coeur, cela ne se refuse pas quand bien même on vient de déguster thé et "khobz bladi" à l'ombre des oliviers sans âge du village... Au menu, pommes de terre frites du potager, tajïne de poulet aux oeufs fraîchement pondus dans la courette attenante, khobz bladi again, sodas... J'adore JUDOR, quand y'en a plus, y'en a encore... hé hé hé... (pub marocaine des années 60)

 

 

 

Saveurs salées, douceurs sucrées, pommes du souk, et une grande première pour nous, une délicieuse pizza-berbère-maison aux anchois, probablement d'Essaouira, s'il vous plaît. Il n'y a pas de vraie pizza sans anchois, parole de captain!!! La forêt des arbres au grand coeur serait-elle gagnée par la mondialisation?

 

 

 

On termine en beauté avec un délicieux SEFA, de savoureux vermicelles à la cannelle et au sucre-glace. On reviendra en Octobre pour offrir les tirages-photos-papier à nos hôtes, c'est promis. En rentrant chez nous dans notre Haut-Gard, avant de repartir une fois encore vers le Sud, nous installerons une petite imprimante de voyage dans notre douillette TK-Ravan pour des photos sitôt prises, sitôt offertes... L'ARGANIER est bien l'Arbre au grand coeur, celui des hommes qui en vivent et le font vivre depuis des générations... Mille mercis pour tant de simplicité, de convivialité et d'authenticité. Demain commence déjà la route du retour. Elle nous mènera d'abord à OUALIDIA, si tout le monde est bien sage comme Maggy et comme il se doit... Belle nuit et à demain les amis.

Page suivante : ~~ OUALIDIA : Déjeûner pieds dans l'eau, c'est han hé hé ~~

ThierryKarine

 

 


09 juin 2014

~~ ARGANIERS : Un héritage précieux ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La forêt d'arganiers couvre 800.000 hectares du Royaume Alaouite. Un héritage unique et précieux. L’arganier, argania spinosa, existe depuis l’ère tertiaire. Présent jadis dans tout le Nord-ouest africain, il a perduré tout particulièrement dans le Sud-ouest marocain. Si les études actuelles parlent parfois de domestication ancestrale de la forêt, le discours des populations berbères locales est tout autre : l'état de la forêt actuelle est attribué au divin, à la "baraka", aux animaux de la forêt comme l'écureuil qualifié de "paysan de Dieu". Quoiqu'il en soit, la forêt est en danger, elle subit l'impact du développement de l'habitat agricole... et touristique, particulièrement dans l'arrière-pays Souiri. La culture de l'olivier, du caroubier ou des produits maraîchers avec des promesses de revenus conséquents à court-terme, est aussi une menace pour l'arganeraie. Des initiatives de reboisement prennent forme, comme celle initiée en 2010 par la Fondation Mohamed VI en partenariat avec la Fondation Yves Rocher qui a permis à ce jour la plantation de 15.000 arganiers avec pour objectif de franchir le cap des 30.000 à l'horizon 2015. Demain, nous suivrons ce petit troupeau d'ovins jusqu'à un point d'eau au coeur de ce patrimoine unique et attachant qu'il faut s'employer à respecter et à protéger.

Page suivante : ~~ ARGANIER : L'Arbre au grand coeur ~~

Belle journée les amis.

ThierryKarine

 

 

28 avril 2012

~~ QUAND LE SOLEIL SE COUCHE ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le soleil se couche, à Essaouira ou ailleurs, il emporte parfois avec lui un passager pour le plus grand voyage. Nous pensons à celui qui vient de dépasser l'horizon du côté de Daillecourt en Haute-Marne. Les enfants continueront à regarder le ciel s'empourprer, nous poursuivrons jusqu'au bout nos chemins de pèlerins. Ce soir, nouveau vernissage oblige à la Galerie Lawrence Arnott à Marrakech, Karinou a verni ses petits petons du plus beau rouge et chaussé des sandales couleur coucher de soleil. A voir dans le blog dès demain, si vous êtes bien sages comme il se doit.

 Page suivante : ~~ CARLA QUEREJETA ROCA ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 19:43
Tags : , ,
27 avril 2012

~~ NOTRE MAISON ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il nous manque quelques centaines d'euros pour acheter cette belle maison à 20 km d' Essaouira, à la lisière de la forêt d'arganiers... Rien ne vous interdit de faire un don hé hé hé !!!

 
Merci aux derniers pays visiteurs venus entrouvrir la porte du blog des artistes, des poètes et des voyageurs, de l'Albanie à Singapour, du Chili à l'Islande, du Brésil à l'Algérie, du Canada à l'Allemagne, des Pays-Bas à l' Espagne, des Etats-Unis à la Belgique, de la Nouvelle-Calédonie au Royaume-Uni et de la France au Maroc. Vous êtes formidables. Demain, le soleil se couche sur Essaouira, si vous êtes bien sages, comme il se doit. Bises à vous tous. 

 

 

 

 Page suivante : ~~ QUAND LE SOLEIL SE COUCHE ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 11:52
Tags : , , , ,
25 avril 2012

~~ IMANE ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous croyons laisser notre belle amitié à Lalla Fatna mais elle nous suit partout.

Nous retrouvons IMANE à Essaouira...

 

Page suivante : ~~ NOTRE MAISON ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 23:36
Tags : , , , , , ,

01 avril 2012

~~ DAR CAÏD HADJI ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Caïd Hadji, heureux propriétaire des lieux  dans les années 30...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rien ne semble avoir changé à Dar Caïd Hadji depuis notre premier passage l'an dernier.

http://annexemj.canalblog.com/archives/2011/06/23/21462711.html

Le temps continue son oeuvre lente. Peu à peu, la pierre retourne à la terre.

Faut-il sauver ce Palais d'un autre âge, puisque tout passe et tout finit en poussière?

Page suivante : ~~ EN PAYS ZAËR-ZAÏANE ~~

ThierryKarine

 

 

 

*

Posté par annexemj à 23:14
Tags : , , , ,
30 mars 2012

~~ KASBAH HAMIDOUCH ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Kasbah HAMIDOUCH se situe à une quarantaine de kilomètres au sud de SAFI sur la route côtière qui mène à ESSAOUIRA. Vous la découvrirez sur la droite quelques kilomètres après avoir franchi l'oued TENSIF, perdue dans un écrin de verdure constitué principalement d'eucalyptus.Il ne reste de cette enceinte fortifiée édifiée sous le Sultanat de Moulay ISMAÏL que les vestiges ocres du passé. Peu à peu, le temps poursuit son oeuvre, chaque grande pluie rend à la terre la pierre et l'argile des remparts. La nature reprend ses droits, engloutissant peu à peu le souvenir de ce monument "bio-dégradable".

Page suivante : ~~ KASBAH DE BOULAOUANE ~~

ThierryKarine

 

 

*

Posté par annexemj à 22:11
Tags : , , , , , , , ,
04 juillet 2011

~~ IFTANE ~~

 

 

 

 

 

Pour atteindre la petite plage d'IFTANE, on met cap au Sud au départ d'Essaouira. La route commence à nous captiver à Sidi Kaouki. On dépasse sa longue plage ventée. Commence alors un paysage montagneux où l'arganier est roi. C'est là qu'hier Mohamed nous a offert un savoureux couscous... Nous dépassons son beau riad, et nous roulons à travers des paysages envoûtants de simplicité. Là, le relief apaise le vent... A 20 km de Sidi Kaouki, un panneau indique "IFTANE" dans un virage en épingle à cheveux au beau milieu d'un petit douar. Là commence la piste, 12 kms exactement, dont les derniers ont particulièrement souffert des pluies hivernales. Nous n'y croisons que quelques mules chargées d'arganes. Prudemment, notre petit Peugeot Partner nous mène à bon port, se jouant des dos d'ânes, des ornières et d'un gué fleuri de lauriers roses... Pour sûr que notre bon vieux KarThiéSud ne se serait jamais aventuré par là...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette image, on distingue au loin notre petit Partner, de blanc vêtu, perché sur les derniers escarpements du djebel, et plus aisément la Partenaire du captain, de noir vêtue... Elle avait les yeux couleur rubis, et les plumes couleur de la nuit, à son front, brillant de mille feux, l'oiseau roi couronné, portait un diamant bleu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut se mettre à genoux pour découvrir l'action du vent. Ici, chaque petit galet, chaque petit coquillage sert de toit et d'abri à une mini-parcelle de sable. L'érosion se fait tout autour des obstacles, créant de minuscules châteaux bien éphémères qui, sitôt nés, disparaîtront avec la prochaine marée... pour renaître au rythme de la chanson de la mer et du vent...

 

 

 

 

Avant que vents et marées n'effacent ces empreintes, Théodore Monod aurait pu reconnaître le passage d'un chameau ou d'un dromadaire... Chameau ou dromadaire, comme alligator et crocodile, c'est caïman pareil!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la plage d'IFTANE, il reste quelques pêcheurs courageux qui vont poser leurs casiers à 3 heures au large avec leurs petits moteurs YAMAHA 15 chevaux. Saïd est un de ceux-là : il me dévoile sans détour la meilleure façon d'appâter un casier avec une tête de pageot, pas juste à l'entrée, mais déportée sur le côté... Il me dévoile en confiance les coordonnées GPS de son meilleur coin à homard, là-bas, tout là-bas au bout de l'horizon... Merci Saïd, nous parlons le même langage de la mer, du vent, le langage simple et sans détour des marins...  "Il y a trois sortes d'hommes, les vivants, les morts, et les marins..."  C'est bien ce que je ressens à l'heure unique où le soleil décline, où ce beau jour se meurt sur la petite plage perdue d' IFTANE... (Nota : les coordonnées GPS de Saïd ont été masquées volontairement par un homard du captain)

 

 

 

 

 

 

 

A l'heure où ce beau jour se meurt, le soleil nous gâte de ses plus belles dorures à travers le feuillage dense des arganiers. Mais le plus beau soleil du jour, c'est une petite bergère qui nous l'offre...

 

 

 

 

Oui nous le disons bien souvent dans le blog des voyageurs,  la première richesse d'un pays, ce sont les gens qu'on y rencontre, leurs visages, leurs espérances, leurs secrets...

 

 

 

 

Demain nous irons découvrir l'architecture dépouillée de quelques marabouts de cette belle région du Royaume Chérifien. En fait, nous appelons communément marabout ce qu'il faudrait nommer koubba, la Koubba étant le monument élevé sur la tombe d'une personne vénérée, un marabout, un saint... A demain donc, à la rencontre des Koubbas, uniquement si vous êtes vénérablement sages...

Page suivante : ~~ AU PAYS DES KOUBBAS ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 18:34
Tags : , , , , , , ,
02 juillet 2011

~~ ESS-CHAT-OUIRA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Ess-chat-ouira, il y a aussi des petits chiens trop trop-gnons...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Ess-chat-ouira,

il y a aussi des oiseaux de mer qui guettent la moindre tripe de poiscaille.

A toute heure, sous les remparts de la Citadelle,

il y a de la poiscaille qui passe un bien mauvais quart d'heure...

Ici, il vaut mieux naître chat que poisson...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Ess-chat-ouira, du haut des remparts,

il y a des petits klebs qui guettent le retour des bateaux,

en rêvant d'une cagette pleine de pattes de poulets

au beau milieu de la cale à poissons...

 

 

 

 

A Ess-chat-ouira, il y a des petits klebs qui vont tout au bout de leur rêve...

 

 

 

 

 

 

 

 

A Ess-chat-ouira,

il y a des petits chats coquets qui se lavent les quenottes après dîner 

et qui se mettent sur leur 31 avant d'aller draguer le long des remparts,

à l'heure magique du paseo...

 

 

 

 

 

 

 

 

A Ess-chat-ouira, il y a des petits chats gourmands

qui rêvent d'un repas safran-cannelle...

 

 

 

 

Non loin d'Ess-chat-ouira,

il y a aussi deux gros chats gourmands qui vont jusqu'au bout de leur rêve safran-cannelle.

Entre Sidi Kaouki et Iftane,

une petite route vallonnée longée par le plus bel océan du monde...

Perdu dans la forêt d'arganiers, le beau Riad de Mohamed.

Artiste talentueux au grand coeur...

Un ami, un frère...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mohamed a construit sa terrasse comme une étrave de bateau,

face à la mer d'argane et au plus bel océan du monde...

Le captain jetterait bien l'ancre ici,

définitivement,

ad vitam aeternam...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le captain, il en est vert d'espérance de se perdre dans des lieux pareils...

De-ci de-là, nous touchons bien souvent au paradis...

Et pas la peine de lui tirer le vert du nez

pour savoir où nous irons demain :

on continue jusqu'à Iftane,

une petite plage perdue

au bout de 11 kilomètres d'une piste

qui a souffert des grosses pluies des derniers hivers...

Si vous êtes bien sages,

comme il se doit...

Et si vous ne craignez pas le raidillon final

à bord de notre fabuleux petit PEUGEOT-PARTNER...

Le partenaire idéal pour se perdre au bout du monde,

là où les gros ne vont pas...

 

Page suivante : ~~ IFTANE ~~

 

 

 

28 juin 2011

~~ ESSAOUIRA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une arrivée à ESSAOUIRA commence presque toujours face à l'océan, le long de la plage... Demain, nous vous emmenons entre SIDI KAOUKI et IFTANE, déguster un premier couscous marocain, chez notre ami Mohamed. Nous reviendrons ensuite faire un tour de remparts de cette ville de vent et de lumière, à la rencontre des chats d' Ess-CHAT-ouira... uniquement si vous êtes bien sages, comme il se doit...

Page suivante : ~~ ESS-CHAT-OUIRA ~~

 

Posté par annexemj à 22:06
Tags : , , , , , ,