10 juin 2014

~~ ARGANIER : L'arbre au grand coeur ~~

 

 

 

Au coeur de la forêt d'arganiers, l'eau est rare. L'habitat s'articule le plus souvent autour d'un puits et chaque maison possède son outre pour aller puiser l'eau, source de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est autour du puits que tout se passe. Saïd est le premier à s'approcher, étonné de nous voir animés d'émerveillement et de curiosité. Il faut le vouloir pour venir se perdre ici, à une quinzaine de kilomètres du premier chemin goudronné. Il nous propose un thé, on ne veut pas déranger, mais un thé au coeur de la forêt d'arganiers, cela ne peut se refuser...

 

 

 

 

Une natte est déroulée sous deux oliviers sans âge jouxtant le puits. Nous avons droit à deux épais coussins rien que pour nous. Les hommes du village se rapprochent, deux, puis trois, puis cinq, l'un d'eux avec deux "khobz bladi" tous chauds sortis du "fahran". Le thé brûlant nous est servi avec le coeur. Chaque mot est un voyage simple et merveilleux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On s'apprête à se séparer mais un des villageois insiste pour nous faire visiter sa maison. Once again, on ne veut pas déranger, mais la visite d'une maison perdue au coeur de la forêt d'arganiers, cela ne saurait se refuser...

 

 

 

 

 

 

 

 

Une maison éblouissante!!! La lumière nous saute aux yeux. Ici, c'est le triomphe du blanc, les murs des cours fermées capturent tout ce que le ciel bleu peut donner pour activer le séchage des arganes fraîchement ramassées sous les arbres au grand coeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

L'éblouissement est total, au sens propre et au sens figuré. J'insiste et j'insiste encore pour que Karine ouvre un peu plus les yeux pour la photo. En vain! Nous ne ferons pas mieux, sous les feux du grand projecteur, l'astre majeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

Fraîchement cueillie, l'argane ressemble à une grosse olive jaune. Une fois séchée et débarrassée de sa peau plutôt épaisse, la noix de l'argane s'apparente davantage à une pistache dans sa coquille lisse, brillante et brune...

 

 

 

 

La noix de l'argane contient 2 ou 3  "amandons". Ici, on nettoie une dernière fois les "amandons" avant de les passer au feu de bois pour torréfaction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

40 kg d'arganes donneront moins de 3 kg d'amandons. Dans cette poêlée, moins de 3 kg d'amandons donneront après passage à la meule de pierre à peine un petit litre de la plus merveilleuse huile du monde aux multiples vertus. A savoir : l'huile d'argane alimentaire peut être utilisée à des fins cosmétiques. L'inverse n'est pas vrai. Moralité : le mieux est de chercher l'huile "première pression" 100% traditionnelle et naturelle. On peut la savourer avec un simple pain "bladi" comme ce matin sous les oliviers sans âge du village, ou en salade, et se l'appliquer tout aussi bien sur le corps de la pointe des cheveux jusqu'au bout des ongles de pieds... Se méfier des produits de laboratoires artisanaux ou industriels... La présence d'argane n'y est parfois plus qu'un "souvenir". Nous repartirons avec un trésor inestimable, une huile grand cru fraîchement pressée, de quoi y tremper nos baguettes-boulangères alésiennes, à défaut de pain-bladi, pendant quelques mois...

 

 

 

 

Au milieu de la forêt d'arganiers, la maison berbère est un espace clos qui s'organise autour de courettes fermées. L'homme cohabite avec son bétail, avec ses poules, les oeufs frais pondus agrémentent les repas. Le cheval est une richesse bien pratique pour se rendre au souk et l'âne sera mis à contribution pour ramener les arganes du fin-fond de la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Oeuf corse comme dirait Dominique en songeant à son île de Beauté, un repas berbère au milieu des arbres au grand coeur, cela ne se refuse pas quand bien même on vient de déguster thé et "khobz bladi" à l'ombre des oliviers sans âge du village... Au menu, pommes de terre frites du potager, tajïne de poulet aux oeufs fraîchement pondus dans la courette attenante, khobz bladi again, sodas... J'adore JUDOR, quand y'en a plus, y'en a encore... hé hé hé... (pub marocaine des années 60)

 

 

 

Saveurs salées, douceurs sucrées, pommes du souk, et une grande première pour nous, une délicieuse pizza-berbère-maison aux anchois, probablement d'Essaouira, s'il vous plaît. Il n'y a pas de vraie pizza sans anchois, parole de captain!!! La forêt des arbres au grand coeur serait-elle gagnée par la mondialisation?

 

 

 

On termine en beauté avec un délicieux SEFA, de savoureux vermicelles à la cannelle et au sucre-glace. On reviendra en Octobre pour offrir les tirages-photos-papier à nos hôtes, c'est promis. En rentrant chez nous dans notre Haut-Gard, avant de repartir une fois encore vers le Sud, nous installerons une petite imprimante de voyage dans notre douillette TK-Ravan pour des photos sitôt prises, sitôt offertes... L'ARGANIER est bien l'Arbre au grand coeur, celui des hommes qui en vivent et le font vivre depuis des générations... Mille mercis pour tant de simplicité, de convivialité et d'authenticité. Demain commence déjà la route du retour. Elle nous mènera d'abord à OUALIDIA, si tout le monde est bien sage comme Maggy et comme il se doit... Belle nuit et à demain les amis.

Page suivante : ~~ OUALIDIA : Déjeûner pieds dans l'eau, c'est han hé hé ~~

ThierryKarine

 

 


09 juin 2014

~~ ARGANIERS : Un héritage précieux ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La forêt d'arganiers couvre 800.000 hectares du Royaume Alaouite. Un héritage unique et précieux. L’arganier, argania spinosa, existe depuis l’ère tertiaire. Présent jadis dans tout le Nord-ouest africain, il a perduré tout particulièrement dans le Sud-ouest marocain. Si les études actuelles parlent parfois de domestication ancestrale de la forêt, le discours des populations berbères locales est tout autre : l'état de la forêt actuelle est attribué au divin, à la "baraka", aux animaux de la forêt comme l'écureuil qualifié de "paysan de Dieu". Quoiqu'il en soit, la forêt est en danger, elle subit l'impact du développement de l'habitat agricole... et touristique, particulièrement dans l'arrière-pays Souiri. La culture de l'olivier, du caroubier ou des produits maraîchers avec des promesses de revenus conséquents à court-terme, est aussi une menace pour l'arganeraie. Des initiatives de reboisement prennent forme, comme celle initiée en 2010 par la Fondation Mohamed VI en partenariat avec la Fondation Yves Rocher qui a permis à ce jour la plantation de 15.000 arganiers avec pour objectif de franchir le cap des 30.000 à l'horizon 2015. Demain, nous suivrons ce petit troupeau d'ovins jusqu'à un point d'eau au coeur de ce patrimoine unique et attachant qu'il faut s'employer à respecter et à protéger.

Page suivante : ~~ ARGANIER : L'Arbre au grand coeur ~~

Belle journée les amis.

ThierryKarine

 

 

08 juin 2014

~~ CHAT-TOYANTE ESSAOUIRA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit navire à pas-chat-gers hé hé hé!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Il faut que tout soit beau. Il faut que, tout à coup on ait l'impression de voir une aigrette à peine posée, et qu'un visage acquière de temps en temps cette couleur que l'on ne rencontre qu'à la troisième minute de l'aurore. Il faut que tout cela soit sans être, mais que cela se reflète et s'épanouisse dans le regard des hommes. Il faut, il faut absolument que tout soit beau et inespéré. Il faut que des paupières closes rappellent un vers d'Eluard, et que l'on caresse sur des bras quelque chose au-delà de la chair : et qu'au toucher ils soient comme l'ambre d'un crépuscule""
Demain, si Claudine, Régine, Dominique, Brigitte, Marianne, Françoise, Anne continuent d'être bien sages, nous irons nous perdre au coeur de la plus grande forêt d'arganiers du monde dans l'arrière-pays souiri...
ThierryKarine

Posté par annexemj à 22:33
Tags : , ,

~~ SOUIRIS ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si on croise les Gdiris à Agadir, les Slaouis à Salé, les Roudanis à Taroudant, les Fassis à Fez, les Sefriouis à Sefrou, les R'Batis à Rabat, c'est bien sûr à Essaouira qu'on rencontre les SOUIRIS. Comme la ville, les SOUIRIS sont fiers et secrets et préfèrent l'anonymat à la célébrité. Il savent ouvrir discrètement une porte, se méfiant du vent qui a tôt fait de balayer le sable et le charme figé du temps. On partage un thé comme une étincelle improbable et chacun retourne à son mystère de voyageur ou de sédentaire. C'est peut-être cela le secret du voyage, être avenant tout en restant anonyme...

""J'ai les goûts simples d'une huître et je suis adepte de l'anonymat. Être inconnu dans une société qui a fait de l'indiscrétion une vertu civique, voilà mon désir. Aujourd'hui, tout le monde veut tout savoir sur tout le monde. Moi, je ne veux rien savoir sur personne. La reine Victoria disait : il y a les gens que je connais et les Esquimaux. Je pense comme elle que le monde est empli d' Esquimaux"" (Maurice Denuzière - Un homme sans ambition)

Page suivante : ~~ CHATOYANTE ESSAOUIRA ~~

ThierryKarine

 

Posté par annexemj à 10:34
Tags : , ,
07 juin 2014

~~ ESSAOUIRA : La danse du vent ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on arrive à Essaouira, c'est le ballet de la lumière qui vous prend. S'y glisse la ronde des bateaux, suivie du manège des oiseaux guettant chaque éclat d'écaille, chaque éclat d'argent. Mais le maître du bal, c'est le vent, omniprésent, le vent qui court du ciel à l'océan, se faufile entre les ruelles de la citadelle pour jaillir sur les remparts et sur le sable de la plage. A Essaouira, depuis toujours, la danse du vent est joie et tourment, la danse du vent est vie...

""La beauté est un mystère qui danse et chante dans le temps et au-delà du temps. Depuis toujours et à jamais. Elle est incompréhensible... Elle est dans l'oeil qui regarde, dans l'oreille qui écoute autant que dans l'objet admiré... Elle est liée à l'amour. Elle est promesse de bonheur. A la façon de la joie, elle est nostalgie d'ailleurs"" (Jean d'Ormesson - Un jour je m'en irai sans avoir tout dit)

Page suivante : ~~ SOUIRIS ~~

ThierryKarine

 

 

Posté par annexemj à 14:57
Tags : , ,

02 juin 2014

~~ MAJORELLE avec Brigitte ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au coeur de Marrakech, le Jardin MAJORELLE est un hâvre de fraîcheur et de bonheur. Le meilleur moment pour le savourer, 08h30, l'heure d'ouverture, avant l'arrivée des Tours-Opérateurs. Merci Brigitte pour ces merveilleux moments, à tout bientôt du côté de Saint-Trop ou de Marrakech, mille gros bisous de nous deux. Demain, nous volerons dans la brise de la captivante Essaouira. Belle nuit les amis. ThierryKarine.

Page suivante : ~~ ESSAOUIRA : La danse du vent ~~

 

Posté par annexemj à 23:16
Tags : , ,
30 mai 2014

~~ SOUK el ARBA des IDA OUGOURD ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Souk d'Ida Ougourd par Charles Kerivel

http://essaouira.vivre-maroc.com/focus/charles-kerivel-le-breton-souiri-n684.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malgré le développement constant de l'urbanisme et des grandes surfaces, les souks hebdomadaires ne sont pas prêts de disparaître au Maroc. On y retrouve toute la panoplie des petits métiers parfois séculaires. Le souk des Ida Ougourd a lieu le quatrième jour de la semaine, mais attention au Maroc, le premier jour de la semaine, el Hadd, est le dimanche, donc el Arba, le quatrième jour, c'est le mercredi... Les générations passent et rien ne change sur ces fabuleux souks où authenticité et tradition traversent le temps sans prendre une ride. Mille mercis à tous ces acteurs pour ce beau voyage d'un autre âge. Belle journée les amis. Thierry Karine.

Page suivante : ~~ MAJORELLE avec Brigitte ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 13:16
Tags : , ,
26 mai 2014

~~ De SAFI à ESSAOUIRA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cette fin Mai, de Safi à Essaouira, les plages sont quasi-désertes. Il fait bon frais et la brise marine est au rendez-vous. Nous croisons des ramasseurs d'algues, un pêcheur au filet qui profite de la marée-basse pour remettre un peu d'ordre dans son outil de travail malmené par les courants croisés. Un autre n'a que sa bouée pour s'éloigner du rivage et laisser glisser son trémail vers un fond rocheux tout en luttant à la force de ses palmes contre les flux désordonnés du courant. Le poisson n'est pas toujours au rendez-vous. Il faut du courage et de l'audace pour assurer son pain quotidien lorsqu'on n'a pas la chance de posséder une barque. Bonne journée les amis . ThierryKarine.

Page suivante : ~~ Souk el Arba des Ida Ougourd ~~

 

 

Posté par annexemj à 20:25
Tags : , ,

~~ Belvédère de Sidi Bouzid à Safi ~~

 

 

 

 

Jour de nettoyage hebdomadaire au Marabout de Sidi Bouzid à l'entrée Nord de Safi.

 

 

 

 

 

Des mains richement décorées au henné, ce qui n'empêche pas couvertures et tapis de passer un mauvais quart d'heure!!!

 

 

 

 

Après une bonne fessée, on  prend l'air sur le belvédère de Sidi Bouzid...

 

 

 

 Magnifique panorama sur la rade et l'entrée du Port de Safi...

 

 

 

 

 

 

 

Le minéralier CRUX battant pavillon maltais en approche de la passe...

 

 

 

 

Pilot on board!  "Slow ahead captain!"  "Yes pilot, my engine is slow ahead!"

Deux remorqueurs faciliteront la manoeuvre d'accostage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accostage terminé pour le "CRUX". Mais dans quelques mois, le Port de Commerce de Safi sera déplacé à une quinzaine de km plus au sud. Le port de pêche conservera ses quartiers au pied de la vieille ville et une grande marina verra le jour. Les nuisances dûes principalement à l'activité phosphatière seront déplacées à l'horizon 2017, date prévue de fin des travaux et Safi pourra prendre ainsi une autre dimension touristique.

 http://www.mtpnet.gov.ma/maritime/Grands-Projets/Portuaire/Pages/Nouveau-port-Safi.aspx

 

 

 

Vue des travaux du nouveau Port de Safi à une quinzaine de kilomètres au sud de la ville.

 

 

 

 Nous étions passés par là voilà pile-poil 7 ans en Mai 2007 avec Maman et Guy.

BONNE FÊTE MAMAN. Portez-vous bien les parents.

 

 

 

 

 

 

 

Bonne fête à toutes les mamans et mercis pour vos messages,

de Robyn dans l'Oregon à Claudine à Paris,

en passant par Ambre à Dubaï et Marianne à Bussigny (Suisse).

Demain, la route côtière continue vers le sud,

si tout le monde est bien sage comme il se doit...

ThierryKarine

Page suivante : ~~ De Safi à Essaouira ~~

 

Posté par annexemj à 00:40
Tags : , ,
18 mai 2014

~~ SAFI, ça y est, nous y sommes ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Safi, ça y est, nous y sommes. Ne pas manquer la visite du Musée de la Céramique. Malheureusement pour nous, il était fermé pour cause de rénovation. Qu'à cela ne tienne : nous descendons arpenter les ruelles de la médina. Au four à pain public, miraculeusement, chacun retrouve son "khobz" sans le moindre problème au milieu des nombreuses fournées... Sur le boulevard pentu bordant la médina, un chauffeur a garé prudemment son vieux BERLIET roues braquées vers le trottoir... Nous croisons de beaux sourires... Comme nous l'écrivons souvent dans le blog des poètes, des artistes et des voyageurs, la richesse première d'un pays, ce sont les gens qu'on y rencontre, et le Maroc, pays de la convivialité par excellence, nous gâte. Demain, toujours à Safi, nous ferons une halte au Port où un grand changement s'annonce...

Page suivante : ~~ Belvédère de Sidi Bouzid à Safi ~~

Belle nuit les amis.

ThierryKarine