10 juin 2014

~~ ARGANIER : L'arbre au grand coeur ~~

 

 

 

Au coeur de la forêt d'arganiers, l'eau est rare. L'habitat s'articule le plus souvent autour d'un puits et chaque maison possède son outre pour aller puiser l'eau, source de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est autour du puits que tout se passe. Saïd est le premier à s'approcher, étonné de nous voir animés d'émerveillement et de curiosité. Il faut le vouloir pour venir se perdre ici, à une quinzaine de kilomètres du premier chemin goudronné. Il nous propose un thé, on ne veut pas déranger, mais un thé au coeur de la forêt d'arganiers, cela ne peut se refuser...

 

 

 

 

Une natte est déroulée sous deux oliviers sans âge jouxtant le puits. Nous avons droit à deux épais coussins rien que pour nous. Les hommes du village se rapprochent, deux, puis trois, puis cinq, l'un d'eux avec deux "khobz bladi" tous chauds sortis du "fahran". Le thé brûlant nous est servi avec le coeur. Chaque mot est un voyage simple et merveilleux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On s'apprête à se séparer mais un des villageois insiste pour nous faire visiter sa maison. Once again, on ne veut pas déranger, mais la visite d'une maison perdue au coeur de la forêt d'arganiers, cela ne saurait se refuser...

 

 

 

 

 

 

 

 

Une maison éblouissante!!! La lumière nous saute aux yeux. Ici, c'est le triomphe du blanc, les murs des cours fermées capturent tout ce que le ciel bleu peut donner pour activer le séchage des arganes fraîchement ramassées sous les arbres au grand coeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

L'éblouissement est total, au sens propre et au sens figuré. J'insiste et j'insiste encore pour que Karine ouvre un peu plus les yeux pour la photo. En vain! Nous ne ferons pas mieux, sous les feux du grand projecteur, l'astre majeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

Fraîchement cueillie, l'argane ressemble à une grosse olive jaune. Une fois séchée et débarrassée de sa peau plutôt épaisse, la noix de l'argane s'apparente davantage à une pistache dans sa coquille lisse, brillante et brune...

 

 

 

 

La noix de l'argane contient 2 ou 3  "amandons". Ici, on nettoie une dernière fois les "amandons" avant de les passer au feu de bois pour torréfaction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

40 kg d'arganes donneront moins de 3 kg d'amandons. Dans cette poêlée, moins de 3 kg d'amandons donneront après passage à la meule de pierre à peine un petit litre de la plus merveilleuse huile du monde aux multiples vertus. A savoir : l'huile d'argane alimentaire peut être utilisée à des fins cosmétiques. L'inverse n'est pas vrai. Moralité : le mieux est de chercher l'huile "première pression" 100% traditionnelle et naturelle. On peut la savourer avec un simple pain "bladi" comme ce matin sous les oliviers sans âge du village, ou en salade, et se l'appliquer tout aussi bien sur le corps de la pointe des cheveux jusqu'au bout des ongles de pieds... Se méfier des produits de laboratoires artisanaux ou industriels... La présence d'argane n'y est parfois plus qu'un "souvenir". Nous repartirons avec un trésor inestimable, une huile grand cru fraîchement pressée, de quoi y tremper nos baguettes-boulangères alésiennes, à défaut de pain-bladi, pendant quelques mois...

 

 

 

 

Au milieu de la forêt d'arganiers, la maison berbère est un espace clos qui s'organise autour de courettes fermées. L'homme cohabite avec son bétail, avec ses poules, les oeufs frais pondus agrémentent les repas. Le cheval est une richesse bien pratique pour se rendre au souk et l'âne sera mis à contribution pour ramener les arganes du fin-fond de la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Oeuf corse comme dirait Dominique en songeant à son île de Beauté, un repas berbère au milieu des arbres au grand coeur, cela ne se refuse pas quand bien même on vient de déguster thé et "khobz bladi" à l'ombre des oliviers sans âge du village... Au menu, pommes de terre frites du potager, tajïne de poulet aux oeufs fraîchement pondus dans la courette attenante, khobz bladi again, sodas... J'adore JUDOR, quand y'en a plus, y'en a encore... hé hé hé... (pub marocaine des années 60)

 

 

 

Saveurs salées, douceurs sucrées, pommes du souk, et une grande première pour nous, une délicieuse pizza-berbère-maison aux anchois, probablement d'Essaouira, s'il vous plaît. Il n'y a pas de vraie pizza sans anchois, parole de captain!!! La forêt des arbres au grand coeur serait-elle gagnée par la mondialisation?

 

 

 

On termine en beauté avec un délicieux SEFA, de savoureux vermicelles à la cannelle et au sucre-glace. On reviendra en Octobre pour offrir les tirages-photos-papier à nos hôtes, c'est promis. En rentrant chez nous dans notre Haut-Gard, avant de repartir une fois encore vers le Sud, nous installerons une petite imprimante de voyage dans notre douillette TK-Ravan pour des photos sitôt prises, sitôt offertes... L'ARGANIER est bien l'Arbre au grand coeur, celui des hommes qui en vivent et le font vivre depuis des générations... Mille mercis pour tant de simplicité, de convivialité et d'authenticité. Demain commence déjà la route du retour. Elle nous mènera d'abord à OUALIDIA, si tout le monde est bien sage comme Maggy et comme il se doit... Belle nuit et à demain les amis.

Page suivante : ~~ OUALIDIA : Déjeûner pieds dans l'eau, c'est han hé hé ~~

ThierryKarine

 

 

Posté par annexemj à 21:35 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,