20 juillet 2013

~~ MENTON ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

"" Je me rappelle Menton, la plus chaude, la plus saine de ces villes d'hiver. De même que dans les cités guerrières on voit les forteresses debout sur les hauteurs environnantes, ainsi de cette plage on aperçoit le cimetière au sommet d'un monticule "" (Guy de Maupassant)

 

 

 

"" Quel lieu ce serait pour vivre, ce jardin où dorment les morts! Des roses, des roses, partout des roses. Elles sont sanglantes, ou pâles, ou blanches, ou veinées de filets écarlates. Les tombes, les allées, les places, vides encore, et remplies demain, tout en est couvert. Leur parfum violent étourdit, fait vaciller les têtes et les jambes "" (Guy de Maupassant)  

 

 

 

"" De ce cimetière, la vue s'étend à gauche, sur l'Italie, jusqu'à la pointe où Bordighera allonge dans la mer ses maisons blanches; à droite, jusqu'au Cap Martin qui trempe dans l'eau ses flancs feuillus "" (Guy de Maupassant)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, nous laissons à Alessandria le souvenir de notre aïeule Emilie, nous passons la frontière à Vintimille. Arrivederci Italie, nous voici sous le charme de Menton, heureux de retrouver la terre de France, savourant les couleurs de cette belle saison qui nous accompagne depuis le départ de la maison en Avril dernier. Demain, nous arriverons chez nous en pays cevenol : de l'herbe à tondre dans notre jardinet du Haut-Gard, une boîte aux lettres à ouvrir, gonflée de bonnes nouvelles... Demain, la boucle sera bouclée. Ce sera l'heure du bilan, nous dresserons les chiffres du voyage et nous dessinerons sur une carte la route complète du périple, qui fut encore plus beau grâce à vous... Heureux qui comme Ulysse... Mille mercis à vous nos passagers fidèles, nos amis précieux. Bel été, belle nuit, du fond du coeur... et à demain les tendres sages...

Page suivante :  ~~ TOUT EST MUSIQUE ~~

 

 


19 juillet 2013

~~ EMILIE d' ALESSANDRIA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Vérone, nous voilà au coeur du Piémont sur les traces de notre passé. Notre arrière-grand-mère Emilie est née ici à Alessandria en 1870, elle nous a quittés en 1961 dans le jardin disparu de notre enfance à Rabat-Agdal, bien loin de sa terre natale piémontaise. Je me souviens de son départ du haut de mes 7 ans : ce fut ma toute première approche de la mort. Sans trop d'explications, Maman m'avait demandé de dire au-revoir à Grand-mère. Au moment de l'embrasser m'est apparu brusquement une réalité qui ne m'avait jamais effleuré : nous étions mortels, Grand-mère ne dormait pas, elle était partie pour toujours, irrémédiablement. J'ai pris mes jambes à mon cou, et j'ai trouvé refuge au beau milieu des feuilles d'acanthe sous les grands mûriers au fond du jardin. Après quelques mots maternels qui se voulaient apaisants, j'ai fini par donner mon premier baiser d'adieu, le tout dernier baiser à Grand-mère. Dans les rues d'Alessandria, nous sommes allés à la rencontre d'Emilie, et nous avons trouvé un peu de sa jeunesse et de ses rêves... Demain, après près de 3 mois de voyage, nous franchirons la frontière pour nous retrouver à Menton, en terre de France. 

Page suivante :   ~~ MENTON ~~

 

 

 

 

17 juillet 2013

~~ VERONE ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non loin du lac de Garde, au coeur de la Vénétie, le long des rives de l'Adige, VERONE ne possède pas la célébrité de Venise. Pourtant, la ville mérite une escale. Ici,  l'ocre domine sur les façades et les remparts. Les pierres ont des nuances fruitées allant de la grenade à la mandarine mêlées de touches safranées. Dans l'ombre silencieuse des églises, les jeux de lumière dessinent des voyages célestes apaisants. De la Casa di Giuletta à la Basilique San Zeno, de la Piazza dei Signori au Ponte Pietra, chaque pas, chaque fenêtre, chaque balcon, chaque porte dévoile au voyageur des romances sans âge,  des secrets amoureux dont les eaux de l'Adige murmurent encore quelques soupirs. Demain, nous prendrons la route d' Alessandria, la ville natale de notre arrière-grand-mère Emilie, à la recherche de nos racines...

Page suivante :  ~~ ALESSANDRIA ~~

 

 

 

 

Posté par annexemj à 11:10
Tags : , , , ,
15 juillet 2013

~~ Alma KARLIN - Le Grand Voyage ~~

 

 

 

 

 

"" On 24 november I said farewell. As a matter of fact I didn't want to do so. After all, it is much easier to give in to the flow habit, but something inside forced me. It was not a desire for adventures, it was a call of an imposed, inescapable duty. From that time on, I always believed in a kind of fate "" (Alma Karlin)

"" Le 24 novembre j'ai dit adieu. En fait, je ne voulais pas le faire. Après tout, il est beaucoup plus facile de se cantonner à ses habitudes, mais quelque chose en moi me contraignait à partir. Ce n'était pas un désir d'aventures, c'était un appel imposé, un devoir incontournable. Depuis ce temps, j'ai toujours cru en une sorte de destin "" (Alma Karlin)

 

 

Alma Maximiliana KARLIN est née le 12 octobre 1889 à Celje près de Ljubljana en Slovénie dans ce qui était alors l'Empire austro-hongrois. Après avoir terminé ses études secondaires à Graz, elle se rend à Londres où elle étudie les langues : anglais, français, latin, italien, norvégien, danois, finnois, russe et espagnol. Plus tard, elle étudiera aussi le persan, le chinois et le japonais.

En 1914 quand commence la première guerre mondiale, Alma KARLIN doit fuir l'Angleterre où elle est considérée comme personna non grata en raison de ses origines familiales (son père était major dans l'armée autrichienne). Elle trouve refuge en Scandinavie où elle rencontre l'écrivain suédois Selma Lagërlof qui, impressionnée par son talent et sa culture, la propose au Prix Nobel.

En 1919, elle retourne dans son village natal Celje, qui fait désormais partie de la toute nouvelle Yougoslavie. Elle se met aussitôt en quête de fonds et crée une école de langues où elle enseigne jusqu'à 10 heures par jour, consacrant son temps libre à la peinture et l'écriture.  

Et le 24 Novembre 1919, âgée de 30 ans, elle s'élance pour son grand voyage de 8 ans à travers le monde : départ de Celje pour Trieste puis Gênes, le Pérou, Panama, San-Francisco, Hawaï, le Japon, la Corée, la Chine, Taïwan, Hong-Kong, les Philippines, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, les îles Fidji, la Nouvelle-Calédonie, les îles Salomon, la Nouvelle-Guinée, Java, Sumatra, Singapour, la Thaïlande, Burma, l'Inde, Bab El Mandeb, la Somalie, Suez, Venise, et enfin retour chez elle à Celje à la demande de sa mère mourante en Janvier 1928.

Alma KARLIN, elle-même épuisée par la maladie et dépressive, ne voyagera plus. Elle va consacrer la plupart de son temps à l'écriture. En 1934, elle commence à étudier la théosophie avec le plus vif intérêt. Plus tard, ses convictions la rapprocheront du catholicisme romain.  

Alma KARLIN a écrit une littérature abondante, en allemand jusqu'à l'avènement du régime nazi. Elle abandonnera cette langue au profit de l'anglais en signe de représailles et ses ouvrages furent alors brûlés en Allemagne par le régime.

En 1941, elle est arrêtée avec des milliers de slovènes et elle échappe de peu à l'extradition grâce à l'intervention énergique de son amie de toujours, Thea Gamelin. Alma obtient de vivre chez elle à Celje en résidence surveillée.

En 1944, elle participe à la résistance active slovène avec les Partisans de Ljubljana. Alma Karlin meurt le 14 Janvier 1950 à Pecovnic non loin de Celje son village natal. La plupart de ses écrits non-publiés sont conservés à la Bibliothèque Nationale de Slovénie et à la Bibliothèque d'Etat de Berlin.

 

 

 

 

 

 

 

Trieste, première escale du voyage d'Alma KARLIN

 

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième escale : Gênes

 

 

 

 

 

 

 

 

Troisième escale : le Pérou

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quatrième escale : Panama

 

 

 

 

 

 

 

 

Cinquième escale : San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 Sixième escale : Hawaï

 

 

 

 

 

 

 

 

Septième escale : le Japon

 

 

 

 

 

 

 

 

Huitième escale : la Corée

 

 

 

 

 

 

 

 

Neuvième escale : La Chine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dixième escale : Formose (Taïwan) 

 

 

 

 

 

 

 

Onzième escale : Canton

 

 

 

 

 

 

 

 

Douzième escale : les îles Philippines

 

 

 

 

 

 

 

 

 Treizième escale : l'Australie

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatorzième escale : la Nouvelle-Zélande

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quinzième escale : les îles Fidji

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Seizième escale : Nouvelle-Calédonie

 

 

 

 

 

 

 

 

Dix-septième escale : les Nouvelles-Hébrides

 

 

 

 

 

 

 

 

Dix-huitième escale : les Îles Salomon 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Dix-neuvième escale : la Nouvelle-Guinée

 

 

 

 

 

 

 

Vingtième escale : l' Indonésie

 

 

 

 

 

 

 

 

Vingt-et-unième escale : Singapour

 

 

 

 

 

 

 

 

 Vingt-deuxième escale : la Thaïlande

 

 

 

 

 

 

 

 

Vingt-troisième escale : Burma

 

 

 

 

 

 

 

 

 Vingt-quatrième escale : l' Inde

 

 

 

 

 

 

 

 Vingt-cinquième escale : la Somalie

 

 

 

 

 

 

 

Vingt-sixième escale : Suez

 

 

 

 

 

 

 

 

 Vingt-septième escale : Venise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Janvier 1928, après 8 années de pérégrinations autour du monde, Alma KARLIN retrouve CELJE son village natal près de Ljubljana. La grande boucle est bouclée.

 

 

 

"" I am a female human being. If I was to denote myself as a "woman", people would have been tempted to think  that I was burdened with a spouse, but I am a lone traveller, much like a hermit crab, and people could along with the above ascribe to me certain female charms, wich I do not possess. I am average in height and figure, and nothing in my appearance can be described as eye-catching. The same can also be applied to my character. However, since human beings are prone to see themselves in the best light possible, and "knowing oneself" is one of the most difficult forms of being, I imagine that I know how to write. A person should have at least one illusion! And this illusion has led to my journey around the world "" (Alma Karlin)

"" Je suis un être humain de sexe féminin. Si je devais me décrire comme «femme», les gens seraient tentés de penser que je suis accablé d' un conjoint, mais je suis un voyageur solitaire, un peu comme un bernard-l'ermite, et les gens peuvent avec cette définition de ma personne m'attribuer à loisir certains charmes féminins, que je ne possède pas. Je suis de taille et d'apparence moyennes, et rien dans mon aspect peut être décrit comme accrocheur. Il en est de même pour mon personnage. Cependant, puisque les êtres humains ont tendance à se voir sous leur meilleur jour, et puisque la «connaissance de soi» est un exercice des plus difficiles, j'imagine que je sais écrire. Une personne doit avoir au moins une illusion! Et cette illusion a guidé mon voyage autour du monde "" (Alma Karlin)

Diaporama musical de cette page sur Vimeo : Alma KARLIN : Le Grand Voyage

Alma Karlin en musique, pour les Youtubistes aussi :

 

Demain, nous quitterons la belle Ljubljana, en remerciant le hasard de nous avoir offert cette rencontre avec une voyageuse attachante et immense, dans la lignée des Stevenson, Loti, Rimbaud,  London,  Kessel, Kerouac et de mon idole plus contemporaine, Nicolas Bouvier. Demain nous quitterons donc la Slovénie pour la Vénétie toute proche et la belle VERONE. 

Page suivante :  ~~ VERONE ~~