09 novembre 2012

~~ PASSION ~~

 

 

 

 

C'est en 1999 au chantier Marinteknik de Singapour que PASSION a pris naissance.

Catamaran de 43 mètres en aluminium propulsé par 4 moteurs Caterpillar V12 et 4 jets MJP,

il est capable de naviguer à 40 noeuds avec 400 passagers à bord.

 

 

 

 

 

Novembre 1999, derniers réglages et ultimes finitions à bord de PASSION  

au Chantier Marinteknik de Singapour.

 

 

 

 

 

 

On colle les "armoiries" de l'Armateur Brudey Frères

au niveau de l'aileron de timonerie babord de PASSION.

 

 

 

 

 

 

 

Exercice grandeur nature au Chantier Marinteknik à Singapour ou comment évacuer en quelques minutes

400 passagers et 15 membres d'équipage du PASSION en présence des représentants des Affaires Maritimes 

et des experts de la Société de Classification "BV", le célèbre Bureau Véritas.

 

 

 

 

 

 

Un des secrets d'un navire HSC (High Speed Craft), NGV en français (Navire à Grande Vitesse), c'est son poids.

Et PASSION est léger, parole de captain.

 

 

 

 

 

 

 Aux essais à Singapour, nous avons atteint avec PASSION la vitesse de 47,3 noeuds. Malheureusement,

une première constatation est apparue dès les premiers essais : il faisait très chaud dans la salle des machines. 

Deuxième constatation, les échappements des moteurs principaux nous semblaient beaucoup trop bas,

à quelques dizaines de centimètres seulement au-dessus du niveau de la mer dans le tunnel entre les deux coques.

Des réserves furent prises par notre Service Technique, signifiées en bonne et dûe forme aux intéressés et réfûtées aussitôt  

d'un revers de... certificat par l'antenne Singapourienne du BUREAU VERITAS  déclarant les échappements et la ventilation

machine totalement conformes au cahier des charges, aux normes en vigueur et bons pour le service.

 

 

 

 

 

 

 

 PASSION est livré à l'Armement BRUDEY Frères à Pointe à Pitre en Guadeloupe 

au printemps 2000 après avoir traversé l'Océan Pacifique et transité par le Canal de Panama 

sur le pont d'un navire de charge spécialisé dans le transport de colis lourds.

 

 


 

 

LA PRESSE EN PARLE...

 

 

 

 

 

Quotidien FRANCE-ANTILLES du 15 Mai 2000 :  ""Transport Maritime :  un baptême avec PASSION. Samedi 13 Mai, plusieurs centaines de personnes ont pris d'assaut la nouvelle vedette de la Compagnie Brudey Frères dont c'était l'inauguration. L'équipe a fièrement posé devant le bébé, aux côtés de sa marraine, Janice Turlepin, l'actuelle Miss Grand Bourg. ""

 

Chef d'entreprise comblé, Denis BRUDEY était visiblement très ému : "" Les Transports Maritimes BRUDEY Frères sont plus que de simples transporteurs. Nous nous efforçons à obliger le passager à se fendre de quelque argent afin d'apporter leur obole à l'île de Marie-Galante. Pour l'année 1998/1999, nous avons transporté 400.000 passagers qui ont laissé pour la visite et les repas un peu plus de 3 millions de francs ""

 

Christian OSSEUX  " Le Top du confort ". Christian OSSEUX est chef d'entreprise et effectue régulièrement la traversée : "" Depuis la mise en service de PASSION, j'ai voyagé une dizaine de fois à son bord. C'est vraiment le top du confort actuellement. Il était temps pour la compagnie d'avoir un navire répondant aux attentes des Marie-Galantais. Cette acquisition leur permettra certainement de se réconcilier ""

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 PASSION à l'ancien quai de Grand Bourg de Marie-Galante le Samedi 13 Mai 2000, 

jour de son inauguration officielle. Sur la gauche, le sillage du Rubis-Express qui vient d'appareiller pour Pointe à Pitre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand PASSION est arrivé en Guadeloupe, personne ne soupçonnait les performances dont il était capable,

et surtout pas la concurrence loin d'imaginer qu'un navire propulsé par 4 moteurs V12

puisse être plus rapide que son fleuron, le RUBIS Express, propulsé par 4 moteurs V16. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les principaux secrets du PASSION sont au nombre de trois :

1°) La carène d'une finesse extrème, aboutissement d'études poussées inspirées de l'aéronautique qui ont conduit à adopter 

un tirant d'eau très réduit (1m20) pour un  navire de cette taille (43m) et l'adoption d'une étrave guibrée (à courbe concave).

2°) Des FLAPS automatiques à grande portance et grande réactivité corrigeant en permanence l'assiette du navire

en fonction de la houle et de la vitesse, ce qui permettait à PASSION de rester bien à plat même par mer formée

et lui garantissait un confort de navigation inégalé et une vitesse constante, particulièrement avec une mer portante que nous

rencontrions  principalement lors de la traversée Marie-Galante/Guadeloupe. Cette houle portante occasionnait jusque-là des

scotchs sauvages  pouvant provoquer une perte passagère de vitesse proche de 50%. (Le scotch sauvage est l'inverse

du surf sauvage, qui peut provoquer l'enfournement. La sur-vitesse provoquée par la poussée de la vague peut alors chuter

brutalement  de 100% en quelques secondes quand les étraves enfournent dans le mur d'eau de la vague rattrappée,

avec des conséquences qui peuvent être matérielles et corporelles. Prudence donc et vigilance permanente sont de rigueur

avec ce type de navires HSC).

3°) Le troisième secret constitue la trouvaille essentielle sur ce navire prototype : un navire à jets ne possède pas de

gouvernail. Ce sont les jets directionnels qui font office de gouverne. Sur PASSION, comme sur la plupart des catamarans

à 4 moteurs, les inner-jets, les jets intérieurs, sont fixes tandis que les outer-jets, les jets extérieurs mobiles font office de

gouvernail, assurant une  mobilité exceptionnelle en manoeuvre: le déplacement latéral parallèle au quai est chose aisée,

tout comme faire pivoter sur place le navire de 360°. En mer, la gouverne est donc assurée par les jets extérieurs

avec néanmoins un inconvénient majeur : un jet délivre 100% de sa puissance et de son rendement lorsqu'il est droit

et qu'il pousse dans l'axe du navire. Chaque mouvement latéral du jet, pour corriger le cap, fait perdre logiquement

un peu de vitesse. La trouvaille du chantier Marinteknik fut d'ajouter à PASSION deux petits safrans discrets

mais d'une efficacité redoutable. Discrets parce que à 40 noeuds, tout appendice et toute surface immergée

constituent un frein à la vitesse, mais redoutablement efficaces car ces deux safrans autorisaient l'usage des 4 jets 

en poussée, en booster comme disent nos amis anglais, meilleurs marins du monde (après nous les frenchies hé hé!!!).

Cette innovation permettait à PASSION d'être plus rapide avec 4 moteurs V12 que les navires similaires

classiques équipés de 4 moteurs V16, tout en étant  beaucoup moins gourmand en gas-oil. Performance, économie,

confort et convivialité, en quelques semaines, PASSION allait séduire et devenir le Roi de la Caraïbe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après ce beau baptême à Marie-Galante, PASSION devient donc le navire le plus rapide de la Caraïbe

malgré les problèmes de température des 4 moteurs Caterpillar nous contraignant de l'exploiter à 80% de sa puissance, 

faute de quoi le célèbre jaune du motoriste de Detroit (Michigan) pouvait  virer à la couleur " brique-flamboyant"

particulièrement à proximité des turbo-compresseurs. Nous harcelions Marinteknik pour qu'il vienne résoudre

ce défaut normalement couvert par la garantie-chantier. Mais Singapour et la Guadeloupe, "ce n'est pas la porte à côté".

Après plusieurs mois d'attente, les experts ont convenu que le problème venait d'une ventilation machine sous-dimensionnée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Semaines après semaines, PASSION continuait à séduire la clientèle. Après des mois d'attente, une équipe

du Chantier Marinteknik de Singapour débarqua en Guadeloupe avec des ventilateurs qualifiés illico de "séches-cheveux 

de contrebande" et à propos desquels l'Armateur déclara à juste titre "je n'en voudrais même pas pour rafraîchir ma chambre 

à l'heure de la sieste!!!"  Les ventileurs "de contrebande" furent malgré tout installés sans provoquer la moindre amélioration. 

Dans le même temps, par mer agitée, à chaque fois que nous devions stopper un moteur à cause de ces problèmes 

de température,  l'eau de mer rentrait par les échappements, se jouait du col de cygne déclaré infranchissable

par le BUREAU VERITAS de Singapour, et arrivait d'autant plus facilement au moteur que les gaz d'échappement

n'exercaient plus l'effet de refoulement. A 4 ou 5 reprises, l'agression de l'eau de mer à 28° sur un moteur chaud

provoqua des contraintes thermiques et des déformations sévères. PASSION était blessé mais la clientèle

continuait de réclamer PASSION.  Quand nous mettions en service sur la ligne l'ACACIA

notre navire de remplacement, ne serait-ce qu'une journée,  la clientèle réclamait avec insistance PASSION

et uniquement PASSION.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'Armateur exigeait à juste titre l'application pure et simple de la garantie Chantier afin d'apporter les corrections définitives

de ces défauts de conception et décida dans cette attente de ne plus payer les loyers. S'ensuivit  un véritable imbroglio juridique

entre l'Armateur, le Chantier Marinteknik à Singapour, le BUREAU VERITAS de Singapour qui avait déclaré le navire conforme,

y compris les échappements et la ventilation machine, le motoriste CATERPILLAR, et  enfin un dernier larron

et pas des moindres, CATERPILLAR BANK CORPORATION, l'organisme bancaire qui avait financé la construction du

PASSION!!! Le Chantier Marinteknik reprochait au motoriste d'avoir livré des moteurs incompatibles avec le cahier des

charges, et dégageait sa responsabilité sur les échappements déclarés conformes par le célébrissime BUREAU VERITAS.

Dans le même temps, bien que l'hiver soit clément tant à Singapour qu'en Guadeloupe,  CATERPILLAR BANK

CORPORATION commençait à toussoter sévèrement de ne plus recevoir les loyers dûs par l'Armateur!!! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il fallait bien au moins deux Miss pour le baptême de PASSION :

Monique BRUDEY, fille aînée de l'armateur et Janice Turlepin, Miss Grand Bourg 2000, marraine de cérémonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PASSION avait été acquis par l'Armement BRUDEY Frères en leasing avec une option d'achat après 2 ans.

Dans les méandres de l'imbroglio juridique, aucune des parties n'arrivait à s'entendre sur la prise en charge des travaux,

et l'option d'achat ne fut pas formalisée. PASSION, le séduisant catamaran de l'an 2000, 

fut contraint d'arrêter ses traversées à succès, il cessa donc d'enchanter passagères et passagers sur la ligne

Guadeloupe/Marie-Galante, restant de longs mois immobilisé près du Chantier Lemaire à Fouillole

en attente d'un règlement et d'une entente qui ne vinrent jamais. Il fut mis en vente suite à une énième décision de justice

et acquis par un armement italien. Les passagers perdirent leur navire fétiche, la puissante CATERPILLAR BANK

CORPORATION récupéra une petite partie de ses billes, quelques experts du BUREAU VERITAS à Singapour

se firent probablement tirer les oreilles, l'Armement Brudey Frères remit en service sur la ligne des navires vieillissants

et ne se remit jamais vraiment de ce coup du sort, l'image du Chantier Marinteknik de Singapour perdit son aura aux Antilles

et l'Australie en profita pour devenir le fournisseur quasi-exclusif de navires rapides à passagers pour la zone Caraïbe.

PASSION avait vécu le temps d'une PASSION, éphémère comme une rose....

 

 

 

 

 

 

 

Merci à tous mes équipages qui furent bien sûr les meilleurs de la Caraïbe. Merci à tous mes passagers  qui m'ont apporté

les plus grandes joies de ma carrière maritime commencée le 21 Septembre 1972 à bord du cargo classique "MONT-CENIS"

de la Compagnie FABRE-SGTM, déjà sur la ligne MARSEILLE/ANTILLES et terminée (???) en 2008 sur le "SPIRIT 1"

ex"ACACIA" et futur "LOVELY 1", toujours sur la merveilleuse ligne des ANTILLES. Merci enfin à tous ceux qui m'ont accordé

leur confiance et permis  de me construire de bien beaux souvenirs.

 

Page suivante : ~~ AIMEZ-VOUS LE ZOUK-LOVE ~~