31 juillet 2011

~~ RIF ~~

 

 

 

 

CHAOUEN la bleue est séparée du bleu de la mer par une montagne magique : le RIF. Resté longtemps à l'écart du développement économique, le RIF s'ouvre au tourisme. Une route côtière reliera bientôt TETOUAN à AL HOCEIMA. Dans quelques mois s'ouvrira ainsi un des plus beaux belvédères sur la Méditerranée.  Grâce au ciel, il reste au coeur de cette montagne quelques vallées hors du temps. Là-bas, l'eau, une fois encore, est le bien le plus précieux. Les moissons s'effectuent encore à la faucille, une tradition biblique étonnament réservée aux femmes... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Puisque la montagne ne vient pas à nous, allons à la montagne... (Mahomet)""

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""L'esprit vient de la vie : il est dans les montagnes, les rivières, l'herbe et les arbres... (Gao Xingjian)""

 

Quand on quitte le RIF par l'ouest, TETOUAN est la première à accueillir les voyageurs surgis des versants rocheux. Demain, au pas lent d'une mule, nous gagnerons TANGER, nous irons croiser son regard blanc de sentinelle posé sur le Détroit... si vous êtes bien sages comme il se doit...

 Page suivante : ~~ TANGER L'ANDALOUSE ~~

 

 

Posté par annexemj à 16:54
Tags : , , , ,

28 juillet 2011

~~ CHAOUEN ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La richesse première d'un pays, d'une ville, ce sont les enfants, les femmes, les hommes qu'on y rencontre... CHAOUEN, nichée sur les premiers contreforts du RIF, nous a donné beaucoup : lumières, couleurs, senteurs, musiques, et surtout ces passants d'un jour, d'une heure, croisés au hasard de nos pas. Merci à tous ces regards venus illuminer notre horizon...

 

 

Bleue, bleue, notre enfance fut un paradis...

On s'en aperçoit bien trop tard aujourd'hui...

 (Charles TRENET)

 

Demain, demain, nous ferons une incursion dans le RIF magique avant de nous rapprocher de TANGER... si vous êtes bien sages, ça va de soi...

 Page suivante : ~~ RIF ~~

 

 

Posté par annexemj à 14:04
Tags : , , , , ,
26 juillet 2011

~~ AU COEUR DU GHARB ~~

 

 

 

 

C'est Karine qui nous sert le dernier thé chez M'Barka.

 

 

 

 

Vient le moment de se quitter. Nous avons le coeur serré, sanglé, plein d'une précieuse tendresse. Nous promettons de repasser en Septembre, Inch' Allah...

 

 

 

 

Merci M'Barka, merci Fatna, merci Rim, merci Si Mohamed, merci Soumiya. On se revoit tout bientôt.

 

 

 

 

Pas facile de quitter Rabat, le beau jardin du Souissi et la tendresse de notre famille marocaine. Nous parlons peu, nous prenons la nationale cap au Nord, nous traversons Salé, Bouknadel, Kénitra, Moghrane. Là commence la grande plaine du Gharb : le seul relief sur la terre noire et fertile sont les eucalyptus centenaires... A Souk-el-Arba, au coeur du Gharb, Siah, la maison de nos grands-parents, tant de souvenirs, les plus anciens, les plus insouciants... Comme à chaque voyage, nous allons saluer ce lieu sacré qui a façonné ce que nous sommes devenus aujourd'hui...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces collines au Nord de Siah, c'était notre horizon lointain d'enfants, une frontière chargée de secrets et de mystères. Au-delà, le Gharb prend du relief. La vaste plaine s'enrichit de vallonnements, qui font plus loin les premiers contreforts montagneux du Rif. C'est la route que nous prenons en quittant la maison-phare de notre enfance.

 

 

 

 

 Vers Ouezzane, le relief s'accentue, la plaine du Gharb n'est plus qu'un souvenir.

 

 

 

 

Nous franchissons l'ancien poste frontière du Maroc espagnol... 

 

 

 

 

A Zitouna, le captain a des états d'âme... 

 

 

 

 

En voilà une qui est heureuse d'arriver à Chaouen. Le camping domine la ville. Nous y arrivons juste avant la nuit. Nous déplions notre Maggiolina sous des eucalyptus centenaires... 

 

 

 

 

Demain on se promène toute la journée dans Chaouen la ville bleue. Il suffit de suivre le guide, à pas lents, mains croisées au creux des reins... si vous êtes toujours sages, comme il se doit...

 Page suivante : ~~ CHAOUEN ~~

 

 

Posté par annexemj à 00:52
Tags : , , , , ,
23 juillet 2011

~~ RABAT EST UN JARDIN ~~

 

 

 

            

 

La Tour Hassan et le Mausolée Mohamed V sont séparés par une vaste esplanade. Ici il fait grand bon respirer la brise atlantique. Elle remonte en longeant l'estuaire du Bou Regreg vers ces lieux chargés d'histoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Tout près du Mausolée, les drapeaux marocains se prennent pour un arbre du voyageur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut quitter le quartier de la Tour Hassan en empruntant le nouveau tramway. Il longe le trottoir où Françoise faisait du patin à roulettes au temps jadis où nous étions bambins dans l'autre millénaire... Le tramway franchit le magnifique pont Moulay Hassan sur le Bou Regreg. Terminus à Salé, la ville soeur, secrète, où plane le lointain souvenir des pirates barbaresques...

 

 

 

Si vous souhaitez faire des affaires, c'est à Salé qu'il faut vous perdre. Les fruits sont irrésistiblement colorés et sucrés à des prix si bas qu'on ose à peine marchander... 

 

 

 

 

Les étoffes sont chatoyantes. Pour trois fois rien, vous faites le plein de coupons. Vous pouvez les glisser dans votre valise beaucoup plus facilement qu' un kilo de raisin-muscat... Le captain s'est choisi une popeline soyeuse dont on lui fera un pyjama berbère léger comme une brise de juin. Sa sirène a préféré une mousseline fleurie comme un jardin de juillet. On lui fera bientôt un chemisier diaphane comme un matin des mille et une nuits...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cette saison les figues ont des accents de miel. Ces blanches, des bakkours de Ouezzane, n'ont pas résisté à notre gourmandise. Apprendre à parler marocain n'est pas si difficile. Vous vous imposez par exemple de retenir 2 mots par jour. A la fin de l'année, cela fera 700 mots à votre vocabulaire, presque de quoi tenir un discours électoral... Les deux mots du jour : BAKKOUR, la figue blanche, et KARMOUSS, la figue noire... On note cela dans un petit carnet, on se le répète en allant se coucher et on s'endort en rêvant aux senteurs des figueraies de la belle Ouezzane... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1,50 dirhams, 13 centimes d'euros l'épi de maïs grillé, trempé dans l'eau salée sans supplément. Pour 3 francs 6 sous, vous pouvez vous régaler jusqu'à plus soif, sans excès toutefois, pour éviter de se retrouver allongé dans une courette d'artisans-zelligeurs, contraint de boire l'eau saumâtre et sucrée d'une coupelle en devinant des voix  lointaines vous implorant : "schroeb, wa Moulay, schroeb" ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant Salé pour retrouver Rabat, nous passons dans le célèbre quartier des potiers. Le ciel est d'encre, mais aucune inquiétude : on a démarré 3 grands fours, 3 grands FARHAN, dans un crépitement intense aux senteurs d'eucalyptus... FARHAN, le four, KARMOUSS, la figue noire, BAKKOUR la figue blanche, 3 mots pour la leçon du premier jour, le discours risque d'être présidentiel en fin d'année... 

 

 

 

 

A RABAT la ville-jardin, Fatna nous emmène découvrir une excellente table au coeur du quartier de l'Océan. Qui dit Océan dit poisson : ici vous dégustez tout ce que l'Atlantique peut offrir. C'est frais à souhait, magique, convivial et d'un rapport qualité-prix sans égal... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les occupants des aquariums ne se soucient aucunement de leurs petits copains grillés dans nos assiettes. A chacun sa destinée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour se rendre du quartier de l'Océan à Rabat-Souissi, le plus direct est de passer par le centre-ville. Fatna et sa Logan nous font faire le grand et joli tour par les rives du Bou-Regreg, le Chellah. Quand on longe les remparts du Mechouar, le Palais Royal, on est presque arrivés. M'Barka, Fatna et Rim habitent au Souissi dans un très beau jardin... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le (Thierry) galant de nuit cher à Karine... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des mûres mures nous murmurent les souvenirs du jardin disparu de notre enfance, dans le quartier de l'Agdal tout proche. Des fleurs, de la sauge, toutes sortes de menthes. Fatna a même planté récemment un manguier et un goyavier non loin de l'immense lilas du Japon planté par Jilali dans l'autre millénaire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La menthe, c'est le signe premier de la conviviali(thé)té et de la profondeur des sentiments...

 

 

 

 

 

 

 

Avant de quitter Rabat, Soumiya nous offre de jolis dessins au henné...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RIM, la STAR du Souissi en personne...

 

 

 

 

 

Voilà le captain tatoué d'un scorpion. C'est le signe de Soumiya. Nous voilà tous tatoués de la tête aux pieds. Mais c'est le coeur qui a reçu le plus merveilleux tatouage, une tendresse venue de l'autre millénaire. Il va être bien difficile de quitter RABAT et son jardin d'affection. Même si vous êtes bien sages, il va être bien dur d'arriver à CHAOUEN perchée sur sa corniche Rifaine... CHAOUEN demain, en espérant pour une fois que vous ne serez pas sages...

 Page suivante : ~~ AU COEUR DU GHARB ~~

 

 

21 juillet 2011

~~ LA TOUR HASSAN ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Tour Hassan est le monument phare de la belle ville de Rabat. Elle est le minaret inachevé de ce qui devait être la plus grande mosquée du monde. Son initiateur, Yacoub El Mansour, Yacoub le Victorieux, mourut en 1199 trois ans après les travaux commencés en 1196. El Mansour voulait faire de Rabat la capitale de son Empire et marquer ainsi le pays du sceau de la dynastie des Almohades. Ses successeurs n'éprouvèrent pas le besoin de poursuivre les travaux. L'édifice se dégrada et le tremblement de terre de 1755 détruisit entièrement les colonnades. La Tour conçue pour mesurer 80 mètres, domine la basse-vallée du Bou Regreg du haut de ses 44 mètres. La rampe qui mène au sommet du célèbre édifice est assez large pour être gravie par un cheval et son cavalier. La Tour Hassan est une promenade incontournable dans un des plus jolis quartiers de la ville. 

Page suivante : ~~ RABAT EST UN JARDIN ~~

 

 

 


19 juillet 2011

~~ NOTRE FAMILLE DE RABAT ~~

 

 

 

 

Nous quittons la belle EL JADIDA en fin de journée. Nous sommes attendus à dîner par notre famille de Rabat. Rabat, c'est la ville natale du captain, c'est la plus belle ville du monde, c'est l'affection familiale de toujours. Nous entamons notre semaine affective et culinaire par "du poulet enfoui sous des cheveux d'ange" made in Rabat-Souissi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devinez ce que Karine peut bien noter? Tout simplement la recette savoureuse du poulet enfoui sous les cheveux d'ange, que nous vous donnerons bientôt, uniquement si vous continuez à être sages... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre le poulet enfoui sous les cheveux d'ange et le couscous, M'Barka, Fatna, Rim et Soumiya nous ont laissé une nuit et une matinée de répit. Toute notre semaine rbatie aura été une succession de délices. Coeurs et papilles ont été à la fête, sans trêve et sans ménagement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pastèque, c'est le fruit préféré de Fatna, le fruit par excellence. Ce qui ne nous empêche pas de savourer melons et autres fruits de saison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain du couscous fut le jour de la harira et des brochettes... L'odeur du kosbor et des brochettes fut déjà une émotion à part entière. Tard dans la nuit, nous avons évoqué le souvenir du temps passé sous l'immense lilas du Japon planté par Jilali quand nous étions à peine bambins, dans l'autre millénaire...

 

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

         

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas le captain qui dira le contraire : la pastèque est le fruit par excellence, Fatna a tout à fait raison, 99% d'eau fraîche,  et sucrée comme un bonheur estival...

 

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

 

 

 

 

           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          

 

En milieu de semaine, il nous était difficile de tenir comptabilité de tant de délices et d'émotions. Arriva la fin de semaine. Fatna nous posa la question suivante, comme si nous venions tout juste d'arriver à Rabat : "" Qu'est ce qui vous ferait plaisir pour le repas de départ??? ""  Difficile de trouver réponse à pareille question quand vous pensez avoir fait le tour complet des saveurs de la cuisine marocaine. Poussé dans ses retranchements, le captain a fini par se rappeler d'un poulet-olives-citrons made in Rabat-Agdal dans l'autre millénaire... Et nous voici le lendemain attablés devant 4 magnifiques poulets-olives-citrons tout juste made in Rabat-Souissi dans ce riche et beau nouveau millénaire pour clôturer une semaine toute aussi riche et belle en saveurs, en tendresses et en émotions...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cha-chai-du-bon-poulet-chitron!!!! Cha-mérite-une-bonne-chieste!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fabuleuse semaine. Merci M'Barka, merci Fatna, merci Rim, merci Soumiya. Nous ne quitterons pas Rabat sans avoir fait un tour dans le quartier de la Tour Hassan. Et Fatna, non contente de nous nourrir chez elle au Souissi, nous fera découvrir une excellente table dans le quartier de l'Océan. Qui dit Océan dit poisson, on se remettra donc encore à table, poisson oblige... Rabat, ville natale du captain, ville de saveurs et d'émotions, plus belle ville du monde, ya-pas-photo, parole de captain!!!! Avant de quitter Rabat, nous ferons aussi le tour du beau jardin de Fatna, nous irons voir aussi ce qu'il reste du jardin disparu de notre enfance à l'Agdal... On ne quitte pas comme cela la plus belle ville du monde... Et on ne quitte jamais vraiment sa ville natale, re-parole de captain!!!

Page suivante : ~~ LA TOUR HASSAN ~~

 

 

Posté par annexemj à 13:50
Tags : , , , , , , ,
17 juillet 2011

~~ LA CITERNE PORTUGAISE ~~

 

 

 

 

Au départ de OUALIDIA, il faut moins d'une heure pour rejoindre EL JADIDA l'ancienne MAZAGAN. Nous écrivons quelques cartes postales à la terrasse d'un café de l'Avenue Mohamed V et nous allons les poster aussitôt à la belle Poste principale au coeur de la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne peut pas quitter EL JADIDA sans aller respirer la brise de l'Atlantique du haut des remparts de l'ancienne cité portugaise. 

 

 

 

             

 

 

Nous, nous n'avons pas sauté, nous avions oublié nos bikinis dans la voiture...

 

 

 

           

 

 

Avec ou sans bikini, à El Jadida, rien ne doit empêcher un plongeon au coeur de la magnifique citerne portugaise.

 

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

La citerne est une vaste salle souterraine et voûtée faisant partie du fort construit en 1514 par les portugais. Elle servit probablement de salle d'armes avant d'être utilisée comme réserve d'eau. La travée centrale est percée d'un large oculus (du latin oeil). A 15 heures aujourd'hui,  la lumière du jour s'y déverse en rayons obliques, pour notre plus grand bonheur de photographes. L'histoire raconte que l'accès à la citerne fut mûré par les portugais lorsqu'ils quittèrent la ville en 1769. Elle sombra alors dans l'oubli jusqu'au début du XXème siècle, quand un commerçant fut envahi par l'eau de ce fabuleux réservoir, en voulant agrandir son arrière boutique. Incroyable re-découverte de ce monument classé en 2004 au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demain, nous serons accueillis à Rabat, la ville natale du captain, par M'Barka, Fatna et Rim. Retour vers les souvenirs d'enfance... Les gourmands seront gâtés avec la merveilleuse recette du "poulet enfoui sous les cheveux d'ange" made in Rabat-Souissi. Si vous êtes bien sages comme il se doit...

 

Page suivante : ~~ NOTRE FAMILLE DE RABAT ~~

 

 

Posté par annexemj à 18:35
Tags : , ,
14 juillet 2011

~~ OUALIDIA ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur toutes les plages du monde,

il y a des petites filles qui rêvent qu'un jour elles seront grandes,

en construisant des chateaux de sable... 

 

 

 

 

 A Oualidia, il y a des petits chapeaux chinois

qui nous font croire à Tahiti-plage...

 

 

 

 

A Oualidia comme dans tous les ports du monde,

il y a des petits bateaux en partance pour le bout du monde... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur tous les rivages du monde,

il y a des vaisseaux de pierre immobiles qui défient la houle et le temps.

 

 

 

 

A Oualidia, rien n'est plus beau que la mer qui écume de rage... 

 

 

 

 

 Sur le sentier de la presqu'île à Oualidia,

il y a une chienne qui a mis ses pas dans nos pas,

pour le simple plaisir de nous suivre pendant deux heures de promenade...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur tous les rivages du monde,

face à la mer, on contemple l'infini... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sur la presqu'île à Oualidia, Toufik est venu ramasser du vieux bois avec son âne.

Toufik parle 3 langues et se souvient du Maroc espagnol en disant

"arriba la bandera nacional..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia, la nature nous étonne et sait nous mettre à genoux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Oualidia comme sur tous les rivages du monde,

bien souvent la fin du jour est l'heure la plus belle.

Aujourd'hui 14 juillet 2011, mon père André aurait eu 96 ans.

Nous lui dédions toutes ces images, lui qui disait quelques mois avant le grand voyage : 

"A la retraite, j'achèterai une petite maison en Camargue..."

A Oualidia, il y a des airs de Camargue,

et des rêves de petites maisons qui prolongent l'esprit du père...

 

Page suivante : ~~ LA CITERNE PORTUGAISE ~~

 

 

 

Posté par annexemj à 00:32
Tags : , , , , , , ,
12 juillet 2011

~~ AYA ~~

 

 

 

 

 

Aujourd'hui à Safi, notre ami Saïd nous convie à un couscous en l'honneur de sa fille, la petite AYA, 4 mois. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saïd a 2 soeurs et 4 frères. Toute la famille est là en l'honneur d'AYA. Nous voilà associés à une fête où la convivialité et la générosité nous vont droit au coeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le couscous est une incomparable merveille. Tout le monde s'en régale mais le captain revêt très vite le maillot jaune, creuse un grand trou dans le plat, et un autre trou sur "le peloton des poursuivants"... Personne ne pourra suivre la cadence. Karine confiera plus tard que l'assemblée s'arrêtait de manger pour regarder le captain se délecter...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le repas, nous faisons le tour du propriétaire. Nous sommes tous frères et soeurs.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous retrouvons la pénombre bienfaisante du salon. Le vainqueur d'étape sombre sans se faire prier au pays des rêves en couleur, tandis que la petite princesse AYA, qui n'a pas eu le privilège de goûter au couscous, voyage au pays des songes en noir et blanc...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le captain se réveille, Ô divine surprise, c'est l'heure d'un thé à la menthe accompagné de raïfs tièdes où miel et beurre-maison fondent en brillant...  Tout le monde est joyeux et la petite Princesse AYA passe de bras en bras...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureux parents de la petite AYA... Merci Saïd de nous avoir conviés à ce repas inoubliable. Nous voici maintenant pourvus d'une famille bien attachante à Safi. Nous avons interdiction formelle dans cette ville de dormir ailleurs que chez Saïd et on nous a fait promettre de ne plus retourner au camping de Safi sous les eucalyptus au milieu des paons...  

 

 

 

Merci à vous tous. Merci à la petite Princesse AYA d'avoir illuminé cette belle journée et d'ajouter ainsi un beau rayon de soleil à notre voyage...

Demain, au vu de la sagesse générale dont nous font part les passagers du blog, nous irons très probablement découvrir ensemble la lagune de OUALIDIA... Bande de veinards!!! On savoure en attendant demain, le sourire en live de la petite AYA :

http://www.dailymotion.com/chiloedream#videoId=xjv32b

 

Page suivante : ~~ OUALIDIA ~~

 

 

 

 

Posté par annexemj à 10:23
Tags : , , , , , ,
09 juillet 2011

~~ IL FAUT SAUVER SIDI CHACHKAL ~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au bout de la plage du Cap Beddouza, anciennement Cap Cantin, vers le Nord, le tombeau de Sidi CHACHKAL. Son emplacement sur un rocher entouré d'eau à la pleine mer, en fait un lieu unique au Maroc. C'est un petit Mont Saint-Michel sur la façade Atlantique du beau Royaume Alaouite, à quelques kilomètres au Nord de SAFI. Le tombeau du Saint, revendiqué par les Juifs et les Musulmans, est devenu malheureusement un dépotoir. On trouve à l'intérieur de l'édifice toutes sortes de détritus et une odeur nauséabonde de w-c sauvage qui nous a contraint à prendre l'image ci-dessous "en apnée". Une première mesure, après nettoyage et assainissement, serait d'installer urgemment un portail pour verrouiller l'entrée de ce lieu sacré. Une seconde mesure est de réhabiliter l'édifice, de lui redonner une âme, d'enrichir le tombeau d'objets pieux et historiques relatant la vie du Saint.  Un gardien-guide pourrait veiller sur ces lieux sacrés. La plage est fréquentée toute l'année par les pêcheurs à la ligne, et la saison touristique y attire de plus en plus de monde.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Depuis plus d'un demi-siècle, Brahim vient lancer sa ligne au pied du tombeau de Sidi CHACHKAL. Son appât préféré : les tentacules de poulpe... Cela tient mieux à l'hameçon que les grosses moules abondantes dans la zone. Les sars n'y résistent pas, parfois un loup, ou une dorade gourmande...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

 

Ce soir, nous sommes chez nos amis Aja et Fouzia. Ils nous invitent à déguster de savoureux sars pêchés au pied de la falaise de Lalla Fatna. C'est le meilleur dîner du monde, à déguster exclusivement avec les doigts.

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aja nous raconte jusqu'au coeur de la nuit, les secrets du plus beau pays du monde. Nous évoquons Dar Caïd Hadji, Sidi Chachkal, des vestiges phéniciens découverts tout récemment tout près de Lalla Fatna... Un passé d'une richesse incomparable et qui tombe dans l'oubli par manque bien souvent de moyen ou d'une volonté des ministères concernés. Au Maroc, il y a de nombreux trésors voués à disparaître si rien n'est fait, irrémédiablement. IL FAUT SAUVER LE MARABOUT DE SIDI CHACHKAL.  Merci Fouzia, merci Aja, nous avons dormi comme des bébés dans votre maison au-dessus de l'océan. Jamais deux sans trois, on se revoit en Septembre, Inch Allah...

 

 

 

 

Demain, demain, demain... Demain est un autre jour, et comme vous avez tous été très sages,

nous irons savourer ensemble un merveilleux couscous à Safi en l'honneur de la petite AYA, 4 mois...

 

Page suivante : ~~ AYA ~~