31 mars 2011

LES PASSANTS DU MONT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sans l'ironie, le monde serait comme une forêt sans oiseaux

(Anatole FRANCE)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pas d'aile, pas d'oiseau, pas de vent, mais la nuit,

rien que le battement d'une absence de bruit

(Eugène GUILLEVIC - Sphère) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Au plus fort de l'orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer.

C'est l'oiseau inconnu, il chante avant de s'envoler

(René CHAR - Rougeurs des matinaux) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un mot est un oiseau au milieu d'une page. C'est l'infini.

(Antonio SOLER - Le chemin des Anglais)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous, les hommes, nous sommes tous séparés. Dans le ciel fraternisent les oiseaux,

et les loups sur la terre (Fazil Husnu DAGLARCA - Plein le monde) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'amour ne se conclut pas, comme un marché. L'amour c'est un oiseau. Imprévisible, fantasque.

Fragile aussi, et périssable. Et cet oiseau pourtant, d'un seul battement d'ailes,

allège nos existences de tout le poids de l'absurdité.

(Louise MAHEUX-FORCIER - Paroles et Musiques) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nous sommes des oiseaux de passage, demain, nous serons loin

(Proverbe tzigane)

 

 

 

 

 

 Il arrive parfois que deux êtres aient cette impression de se retrouver sur le chemin de la vie.

Comme si ils n'avaient été jusque là que provisoirement séparés.

Comme si l'un et l'autre s'attendaient.

(Olivier LOCKERT - Core gem) 

 

Page suivante : ~~ LA FILLE DU VENT ~~

ThierryKarine

 

 

 


30 mars 2011

MONT SAINT-MICHEL

 

 

 

 

 

Au Mont et alentours, les heures du paysage sont toutes belles.

Le ciel agrandit les grèves, et les grèves paraissent agrandir le ciel

(Emile BAUMAN) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Abbaye escarpée, poussée là-bas, loin de terre, comme un manoir fantastique,

stupéfiante comme un palais de rêve, invraisemblablement étrange et belle

(Guy de MAUPASSANT) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

La foi a cela de particulier que, disparue, elle agit encore

(Ernest RENAN - Souvenirs d'enfance) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Qu'est ce que la foi? C'est de croire fermement ce que l'on ne comprend pas

(Marie de DAFFAND - Lettre à Voltaire)

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La foi est une vision des choses qui ne se voient pas

(Jean CALVIN) 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mont Saint-Michel apparait comme une chose sublime, une pyramide merveilleuse

(Victor HUGO) 

 

 

 

 

 

 

 

La poésie, comme Dieu, comme l'amour, n'est que foi

(Juan Jamon Jimenez - Le courant infini)

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'Eglise dit que la Terre est plate, mais j'ai vu l'ombre sur la lune,

et j'ai plus foi en l'ombre qu'en l'Eglise

(Fernand de MAGELLAN)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès l'instant où vous aurez foi en vous-même, vous saurez comment vivre

(Johann Wolfgang von GOETHE) 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un reliquat de Babel. Voilà ce qu'était le Mont Saint-Michel.

Un doigt fier pointé vers les Cieux. Le Mont jaillissait de cette mer, colossal,

comme le tranchant d'un silex patiemment sculpté et posé sur l'immense écrin de nacre

(Maxime DROUOT) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une foi n'est tolérable que si elle est tolérante

(Gisèle HALIMI)

 

Page suivante : ~~ LES PASSANTS DU MONT ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

 

 

Posté par annexemj à 10:10
Tags : , , , , , , , , , , ,
29 mars 2011

DINARD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DINARD, c'est une perle posée sur la Côte d' Emeraude, entre DINAN et SAINT MALO. Et puisque la géographie s'y prête, voici une petite devinette de circonstance : Madame et Monsieur SAINT-MALO-A-LA-NAGE-C'EST-PAS-DE-LA-TARTE ont un fils. Comment l'ont-ils prénommé? Facile, captain : FERDINAND, Ferdinand SAINT-MALO-A-LA-NAGE-C'EST-PAS-DE-LA-TARTE En effet, faire DINAN / SAINT-MALO à la nage, c'est pas de la tarte!!! Nous avons préféré faire la promenade à pied, malgré l'air estival et les reflets d' émeraude aux accents seychellois.  Demain, si tout le monde est bien sage, nous poursuivons notre pérégrination côtière au Mont Saint-Michel. KENAVO Bretagne, BONJOUR la Normandie.

 

Page suivante : ~~ MONT SAINT-MICHEL ~~

 

 ThierryKarine

 

 

 

Posté par annexemj à 09:50
Tags : , , , , , , ,
28 mars 2011

CAP FREHEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quittant ERQUY ce matin, la Manche a des airs de Méditerranée.

Les mouettes sont dociles, comme les petits bateaux figés dans leur mouvance incertaine.

La journée sera belle sur le CAP FREHEL.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour un poète errant que l'avenir effare

Et qui songe à finir ses jours dans un couvent,

Pour un rêveur, quel rêve! être gardien d'un phare,

Vivre sur un écueil dans l'écume et le vent!

 

Tourner le dos au monde, et, hors de ma poitrine,

Chasser tout ce qui fut ma haine ou mon amour,

N'avoir d'autre horizon que la houle marine,

N'avoir d'autre souci que la couleur du jour!

 

Prisonnier de l'abîme et des rochers qu'il cerne,

Rêver, dormir, gardé par les flots verts ou noirs,

Et n'oublier jamais d'allumer ma lanterne...

Mais voilà bien l'ennui, l'allumer tous les soirs!

 

(Charles FREMINE  1841-1916)

 

 Page suivante : ~~ DINARD ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

 

Posté par annexemj à 10:07
Tags : , , , ,
27 mars 2011

PORTSALL

 

 

 

         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A PORTSALL demeure très présent le souvenir tragique de l' AMOCO CADIZ. Même si des mesures ont été prises, le risque de pareille catastrophe persiste. Comme pour le nucléaire, le risque zéro n'existe pas. Il faut tout mettre en oeuvre pour développer les énergies naturelles. Utiliser le vent, la force des marées, considérable en Bretagne. Les solutions existent, elles viendront chambouler peu à peu les critères économiques établis. Le pétrole enrichit avant tout les multinationales, qui ne font rien ou si peu, pour changer l'ordre établi. Des projets révolutionnaires dorment dans les placards, emprisonnés sciemment par les lobbies du pétrole. Un projet d'implantation de méga-centrale solaire au Sahara existe, censuré par le monde des pétro-dollars. Il pourrait apporter l'auto-suffisance énergétique à l'Europe, et une immense richesse à l'Afrique, le continent le plus déshérité de la planète. IL FAUT ABANDONNER PROGRESSIVEMENT LE NUCLEAIRE. Fermer une à une les centrales trentenaires, et tirer un trait définitif et irréversible sur une énergie bon marché qui conduit notre belle Terre au désastre. IL FAUT LAISSER GAMBADER PAISIBLEMENT DANS LA LANDE LES CHEVAUX DE TRAIT BRETONS :

 

http://www.youtube.com/watch?v=0sztO1gYNks

Page suivante : ~~ CAP FREHEL ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

 

 

26 mars 2011

CONNAISSEZ-VOUS LANDUNVEZ ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" On ne naît pas Breton, on le devient,

à l'écoute du vent, du chant des branches,

du chant des hommes et de la mer "

(Xavier GRALL - 1930 - 1981) 

  

LANDUNVEZ, c'est tout au bout de la belle Bretagne, à 1200 km de notre petit home cévenol. Toutes ces vues ont été prises vers la plage de PENFOUL. Ici, il suffit de suivre les sentiers côtiers, entre landes et océan, et de respirer, fort. La maison rose est une des premières du petit bourg de PORSPODER. On y arrive à pied. Ici, marcher s'impose, sans hâte, sans limite. Demain nous irons marcher encore, de PORSPODER à PORTSALL, où demeure encore le souvenir tragique de l'AMOCO CADIZ.

Page suivante : ~~ PORTSALL ~~ 

ThierryKarine

 

 

 

 

 

Posté par annexemj à 10:30
Tags : , , , , , ,
18 mars 2011

AGATHE ET VINCENT

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe un hâvre où l'on peut toujours savourer une relation authentique : le coin du feu chez un ami auprès duquel on peut se défaire de ses petites vanités et trouver chaleur et compréhension.

(Kressmann TAYLOR - Inconnu à cette adresse)

 

 

 

 

 

 

        

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi dernier, Agathe et Vincent nous ont ouvert à Aigues-Mortes les portes de leur joli hâvre. Au menu, l'amitié principalement, agrémentée d'un petit Corbières 2008 divin, et d'un jambon tout bonnement céleste, un fabuleux jamon de Belotta issu d'un cochon nourri exclusivement aux glands ibériques, séché en cave pendant 48 mois. Karine qui n'avait jamais mangé un bout de gras de sa vie, n'a pas laissé le moindre relief de couenne au captain qui aurait pu ronger l'os s' il n'avait pas reçu une éducation 5 étoiles. Merci Agathe, merci Vincent, "a dan zot soley" comme on dit en kréol: à bientôt sous d'autres soleils...

 http://jamboniberique.net/

Page suivante : ~~ CONNAISSEZ-VOUS LANDUNVEZ ~~

ThierryKarine

 

 

 

 

 

07 mars 2011

MOUSSAC - BRIGNON - JEAN JOUBERT

 

 

Beau temps sur le Gard pour ce premier Dimanche de Mars. Nous nous garons Place de la Mairie à MOUSSAC, et nous partons à pied jusqu'à BRIGNON en longeant le GARDON par la rive gauche à l'aller, la droite au retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne ce poème, le mot arbre, le mot maison, et sentier, ruche, rivière, mésange, jardin, lumière, lune et soleil, nuit et jour, étoile, sourire, amour, le mot coeur, le mot caresse. Je te donne la promesse de l'amitié du monde. (Jean JOUBERT - Je te donne ce poème)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amitié de l'arbre dans la nuit, contre les ruses, les fantômes. " Comment t'appelles-tu? dit l'enfant, sapin? platane? chêne? ou bien bouleau? hêtre? cyprès? Il fait si noir et la lune est si pâle, je ne vois que ton ombre. Protège ma demeure! " A l'aube, l'arbre bouge, et c'est un homme qui sourit, vêtu de feuilles et de branches. (Jean JOUBERT - Amitié de l' Arbre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Asseyez-vous, peuple de loups, sur les frontières et négociez la paix des roses, des ruisseaux, l'aurore partagée. Que les larmes, les armes, s'égarent dans la rouille et la poussière. Que la haine crachée soit bue par le soleil. La terre ouvre sa robe de ténèbres, sa nudité enchante les oiseaux, le jour se fend comme fille amoureuse. Sous un ciel ébloui viennent alors après tant de saccage les épousailles de la terre et du feu, le temps des sources, des naissances. Après le sang, la traîtrise et le cri, ah, tant rêvé! le règne des moissons pour le bonheur des granges. A nous qui hébergeons l'aube de la parole de rassembler le grain, les mots de l'espérance. Un jour d'été, l'enfant plonge dans la rivière, joue avec le soleil sous le regard apaisé d'une mère, le héron danse sur son nid de sable, le renard ouvre des ailes d'ange et le serpent, le mal-aimé, forçat de la poussière, sauvé, s'étire entre les seins du jour. (Jean JOUBERT - Asseyez-vous, peuple de loups)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ami marche sur le sable, sans plus de bruit que la rosée. Pourtant je reconnais son pas, je devine son visage. Bientôt, il va franchir le seuil, souriant, me tendre le livre qu' hier chez lui j'ai oublié dans l'espoir qu'il me le rapporte. (Jean JOUBERT - Le Livre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' ami a traversé l' océan des brouillards. Sur le pont du navire il s'est retourné une dernière fois. Il vit maintenant de l'autre côté de la terre dans un pays que je ne connais pas : montagnes, forêts, gorges profondes, où gronde une mer d' émeraude. Tant de beauté me hante et m' attriste puisqu' elle retient captif celui que j'aime. Dans l' âge, jamais je ne me risquerai sur cette route, et lui sans doute jamais ne reviendra. Entre nous, seules les pensées voyagent. Aussi, chaque soir, je contemple la lune, et, chaque jour, le soleil, en songeant que la même lune, le même soleil demain iront le visiter. (Jean JOUBERT - L' ami a traversé l' océan)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les amis perdus, au hasard des routes, les égarés, les morts, les oublieux, ceux qui laissèrent sur le papier de minces traces, ceux qui parlent au loin avec une autre voix, ceux qui ragent dans le désert, ceux qui trahissent et nous blessent. De ces visages emportés, que reste-t-il au soir, dans cette chambre vide? (Jean JOUBERT - Les amis perdus)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quelques visages demeurent comme reflets sur l'eau de ceux qui jadis vers nous se penchèrent pour nous parler, pour chercher dans nos yeux un accord, une promesse si clairs si nets que l'on s'étonne de ce ciel vide entre les arbres et, sur le pont, de la seule poussière. D'autres encore tremblent par temps de brume, se brouillent, se disloquent, insaisissables presque : ombres d'ombres pour nos regards. Et tant d'autres nous abandonnent, mêlés, sans nom, au plus noir de la terre. Pour eux, nous n'avons plus ni lampe ni mémoire. (Jean JOUBERT - Visages)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De retour à MOUSSAC, nous savourons deux Perrier-citron au Café du Midi, Place de la Mairie, en feuilletant le MIDI-LIBRE dominical. On y apprend que le 13ème Printemps des Poètes se déroule à Montpellier du 7 au 21 Mars. Et nous y découvrons Jean JOUBERT :

 

 

" Le poète existe vraiment quand il est lu "

 

 

 

 

 

 

" Bon Dieu que les gens intelligents sont bêtes "

(Jean JOUBERT - Les Sabots rouges)

 

 

La poésie a toujours raison. Comme Jean JOUBERT. Nous lui dédions toutes ces images.

Page suivante : ~~ AGATHE et VINCENT ~~ 

 

ThierryKarine

 

 

 

 

Posté par annexemj à 00:24
Tags : , ,
01 mars 2011

DURFORT 30170

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah! les saisons... Ah! les saisons...
Je ne me lasse pas
D'en distiller les fleurs
D'en jalouser chaque heure
D'en mourir sans raison
Ah! les saisons... Ah!!! les saisons...

 

Page suivante : ~~ MOUSSAC - BRIGNON - JEAN JOUBERT ~~

ThierryKarine

 



 

Posté par annexemj à 17:41